Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 21:47

le mendiant

Enseignant du Moyen Âge ayant dépassé son quota de moines copistes (document d'époque) 

 

 

  C'est ce qui nous mine, je crois : cette envie de bien faire, cet espoir que l'on peut améliorer ce qui se passe autour de nous, cette impossibilité d'être mis en présence de dysfonctionnements et de la souffrance qu'ils entraînent sans qu'il nous vienne le désir de réagir. Cette pensée (qui tourne souvent dans notre tête) que si l'on donne un tout petit peu de nous-mêmes, on a la possibilité de faire les choses tellement mieux. La conscience professionnelle, quoi.

 

  Tenez, dernièrement, la réforme de la formation des enseignants-stagiaires, par exemple. On a réussi à remplacer un système cataclysmique (l'IUFM1 et ses délires idéologiques, pour aller vite) par un système encore pire : et pourtant, il fallait vraiment le vouloir, pour trouver pire ! Par soucis d'économie budgétaire, nos amis stagiaires sont lâchés quasiment à temps plein dans un établissement (voire dans deux) a priori tranquille (en réalité, ils sont également lâchés en ZEP) avec pas plus de deux niveaux (c'est souvent faux) et sans classes à examens (c'est souvent re-faux) sous la houlette d'un tuteur (parfois sis sur un autre établissement… du moins quand il existe, ce tuteur !). Suivant les cas, ils seront remplacés de temps en temps par un vacataire, par un TZR, par un retraité tiré de sa sieste réparatrice, par votre petite sœur de huit ans s'ils parviennent à lui mettre la main dessus — un conseil, surveillez-la — et évidemment dans le pire des cas, qu'on entrevoit déjà tel un escadron de gros bourdons velus dans le lointain fondant à toute allure sur la seule fleur d'une prairie, par personne.

 

  On voit déjà fleurir2 les stagiaires en dépression, perdus, paumés, déboussolés, dépités, et on les comprend. De nombreux collègues — dont je fais partie — ont catégoriquement refusé de cautionner cette mascarade en refusant nettement d'être tuteurs, d'ailleurs (bon, finalement la question ne s'est pas posée, mais j'aurai signé ma pétition citoyenne, na !). 

 

  Et là, brusquement, alors que vous prépariez votre contrôle pour les 4eF en buvant un café, le dilemme de la conscience professionnelle qui s'immisce. Que faire du stagiaire errant entre les murs et qui vient soudain vous demander de l'aide, à vous, collègue ? Que vaut une prise de position raisonnée face à la détresse de l'un d'entre nous, de ses élèves et de tout ce qui s'en suit ? Alors bien sûr on l'aide… et on cautionne le système, ou plutôt sa démolition. Et en plus, on le fait gratuitement, alors qu'au moins, en étant tuteur, on aurait été payé (bon, on aurait eu aussi d'autres soucis à gérer, il faut bien le dire…).

 

 

  Ceci n'est que la dernière manifestation en date des petites tracasseries et des grands bouleversements qui nous pourrissent tant le quotidien que l'avenir. Il y a dans ce qui suit du vécu, de l'aperçu de près comme de l'entrevu de loin, le tout bien mélangé :

 

  • on vous demande de valider des compétences informatiques ; vous n'en avez ni la motivation, ni souvent la compétence, justement ; mais il faut bien que les élèves aient leur brevet informatique, non ?

 

  • on met en place le socle commun ; vous vomissez cette réforme d'une stupidité sans non qui n'aura qu'un seul effet, à savoir vous donner un surcroît de travail aberrant et un sacré mal de crâne en réunion3 ; mais il va bien falloir que les élèves l'obtiennent, n'est-il pas ?

 

  • on vous incite fortement à assurer une partie de l'option découverte professionnelle ; mais vous êtes prof de français vous, en fait ; mais comprenez qu'il faut bien que quelqu'un s'y colle, et qu'à partir du moment où c'est vous, ce serait quand même mieux de le faire bien, vous ne trouvez pas ?

 

  • on vous colle professeur principal d'une classe et on vous colle des heures de vie de classe à faire dans votre emploi du temps ; vous avez la loi pour vous, vous n'êtes pas obligé de les faire ; mais bon, il faut quand même bien que quelqu'un les fasse, et vous comprendrez qu'on n'a pas les moyens de tout payer à tout le monde, hélas…

 

  Et tout peut y passer, de l'achat de nos stylos et de nos ordinateurs à l'organisation de sorties généreusement bénévoles et à la participation à des réunions tout à fait facultatives, du fait de nous suggérer de rapporter une ramette de papier chacun (dissimulé sous une jolie appellation du type « entraide », « chacun doit y mettre un peu du sien », « le bien de la communauté » et autres trucs clinquants) au fait de devoir payer ses photocopies chez un professionnel à cause de l'instauration de quotas ineptes : on paiera pour travailler, on travaillera sans être payé, mais bon, on fait comment s'il n'y a plus de feuilles ou s'il n'y a pas assez de photocop' pour le contrôles des 4eF ? Et c'est parfois la tracasserie la plus con, la plus stupide, la plus ridiculement petite qui vous mettra hors de vous, mais vous êtes un prof et tenez à bien faire votre travail, alors vous trouverez toujours une solution qui avantagera tout le monde sauf vous.

 

  Qu'on soit bien d'accord : notre métier est un métier qui peut être très agréable, qui peut procurer beaucoup de satisfaction et qui, s'il n'est pas bien payé quand on connaît notre niveau d'études, apporte d'autres avantages, sans nul doute. Mais là, sérieusement, on nous prend de plus en plus pour des grosses cloches (ou pour les vaches à lait qui les portent au cou).

 

 


1. Institut Universitaire de Formation des Maîtres. On y trouvait peu d'universitaires, on n'y était pas vraiment formé et on n'y maîtrisait au final pas grand chose. En revanche, c'était bien un institut.

 

2. le filage de la métaphore est indépendant de la volonté de l'auteur. 

 

3. Effectivement, je ne sais pas compter : ça fait deux effets.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

(Clovis Simard,phD) 12/01/2012 21:26

Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-17. - THÉORÈME FATAL. - L'INCONSCIENT C'EST ANIMAL ?

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 01/08/2011 13:31


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-10, THÉORÈMES DE LA MÉMOIRE-LÉGIONNAIRES.

Cordialement

Clovis Simard


Mélane 16/09/2010 17:07


Moi j'ai fait l'erreur de cocher la case "accompagnement personnalisé" sur les voeux d'emploi du temps , sans savoir ce que c'était - je venais du collège et une collègue m'a dit que oui, il
fallait le cocher. Je découvre à présent que c'est une véritable plaisanterie. 4 profs se partagent une classe, doivent se mettre d'accord sur "quoi faire": déjà, ça commence mal. Quant aux thèmes
proposés: organisation personnelle, connaissance de soi, orientation... j'ai l'impression d'être prise pour un animateur du club med. Comment vais-je meubler cette heure sans être prise pour un
clown par mes secondes - that is the question. Mais comme de toute façon on n'a toujours pas d'emploi du temps définitif dans mon étblt, alors mieux vaut peut-être pas se précipiter sur
l'organisation de ce précieux "accompagnement personnalisé". Faut savoir s'économiser.


Claribelle 15/09/2010 22:01


Courage !

Pour la petite histoire, une de mes filles s'est inscrite en Master 1 "métiers de l'enseignement et de la formation" pour devenir prof des écoles sur Paris. Le master est commun à plusieurs
universités parisiennes et les cours dispensés par l'IUFM de Paris dans ses locaux. Si !
Une autre de mes filles est entrée en 2nde. Elle a des livres qui datent de 5 ou 6 ans sauf pour la physique et l'éco où elle n'a rien du tout. Les profs naviguent à vue d'autant que les réformes
des 1ères, des Terminales et du bac ne sont pas encore discutées. Les ambitions en maths et physique sont revues à la baisse pour, parait-il, encourager plus d'élèves à choisir S (puisqu'ils auront
une meilleure moyenne !). A priori pas de stagiaires (sauf si la prof de maths, nouvelle, a bien caché son jeu !). Quant aux 2h d'aide individualisée, l'une s'est transformée en 1/2h supplémentaire
en maths et une autre 1/2h en français, l'autre en 1h de soutien maths ou français hebdomadaire (et ça me va très bien !).


Angua 15/09/2010 20:14


Oh que oui, elle est fourbe, mais fourbe alors, cette réforme de la (non)formation des stagiaires! Même constat dans les (nombreux?) établissements où je suis passée (joie du prof "titulaire" d'une
zone et non d'un poste fixe!): partout, les collègues s'y collent, écœurés de voir des stagiaires déjà fatigués, débordés... et pétris de questions sans réponses.

Ne parlons même pas de la mascarade lycéenne... Il parait que dans le cadre de l'Accompagnement personnalisé (vous savez, ces deux heures obligatoires toute l'année, pour tous les élèves, sensée
révolutionner leur travail?) on peut travailler l'orientation toute l'année. Un collègue a déjà l'accord de principe de son boucher pour une heure d'intervention et espère bien avoir un boulanger
bientôt. Oui, il l'a proposé pour rire... MAIS... Il semblerait que ce soit envisageable...

Quand je pense qu'à une époque de ma vie je pensais enseigner bien sagement le français! Après s'être moqué des profs pendant des années, on s'en prend maintenant de plus en plus sérieusement aux
élèves...


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages