Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 22:29

Rouge

 

 

Et vous, votre stage, il se passe bien ?

 

  Amis stagiaires, mais aussi étudiants, tuteurs, personnels de direction, et les autres, s'il y en a… Sur le blog Je Suis en retard, ce mois de janvier est le vôtre. Régulièrement, les témoignages que j'ai reçus, et ceux que je dois encore recevoir, viendront faire comprendre à mes chers délicieux lecteurs et à mes admirables lectrices (ou l'inverse) ce qu'a engendré la réforme de la formation des professeurs. Et je vous le dis tout de suite : ce ne sera pas toujours beau. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura que des choses déprimantes non plus, mais bon…

 

  Petit rappel pour pouvoir suivre : depuis la rentrée 2010, les stagiaires doivent effectuer entre 15 et 18h de cours devant élèves la majeure partie de l'année. Le reste du temps, ils ont quelques formations, parfois en plus de leurs cours de la semaine, parfois regroupées sur une semaine complète… chaque académie a fait sa tambouille, en fait. Quand ils sont absents pour cause de formation, ils sont remplacés par… eh bien, là aussi, chaque académie a fait sa tambouille. Le résultat a parfois un goût étrange.

 

  Cet article sera mis à jour au fur et à mesure des contributions (deux à trois par semaine). N'hésitez pas à les lire, évidemment, mais également à les commenter et à faire circuler les liens. L'objectif est d'apporter un soutien hélas bien modeste aux stagiaires, qui souhaitent pour beaucoup faire connaître leurs conditions d'entrée dans le métier. D'avance, merci pour eux. Et si vous êtes stagiaire (ou tuteur, ou étudiant en M1/M2, ou personnel de direction ayant un ou plusieurs stagiaires dans l'établissement…), que vous tombez sur cet article et que vous avez envie de contribuer, il n'est pas trop tard : n'hésitez pas à me contacter (c'est tout en bas de la page).

 

Les contributions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anna 13/01/2011 20:12


Tous ces témoignages sont bien décourageants ! Je plains tous ces stagiaires mis dans des conditions pareilles...


Justine 10/01/2011 20:11


J'avais eu le sentiment que les médias en parlaient beaucoup. A la rentrée de septembre j'avais vu plusieurs sujets du 13h ou du 20h sur les profs stagiaires et leurs conditions de travail peu
confortables. Mais sans doute que depuis l'intérêt s'est affaibli. Vous faites bien de nous donner à lire ces témoignages. Celui de Guizmo justifie peut-être le mot "abominable" que vous avez
utilisé.

D'après ce que j'ai entendu le master enseignement est aussi un master recherche. Du moins, c'est ainsi qu'il est considéré dans l'université où une de mes amies repasse le CAPES cette année et qui
est donc en deuxième année de master enseignement-recherche. Il y a donc d'un côté l'enseignement encyclopédique requis pour réussir l'épreuve de dissertation et avoir une vue surplombante sur
toute la littérature, et de l'autre l'initiation au travail de recherche avec notamment des mini-mémoire sur des sujets plus précis. Les professeurs sont ceux de l'université, et non de l'IUFM, ce
sont donc souvent des chercheurs et/ou des agrégés. Même si effectivement au deuxième semestre il semblerait que les professeurs de l'IUFM prennent le relais, et ce, au grand dam des élèves.

Ce que je trouve positif dans le master enseignement, c'est qu'il réserve une certaine place au stage.
Avant la réforme, ou telle qu'elle est maintenant, je trouve que de toutes façons la formation des professeurs de français a beaucoup à envier à celle des professeurs d'EPS. Tout au long des années
de licence et de l'année de PLC1 ils ont des stages, et notamment des stages en collège et en lycée : ainsi ils arrivent en PLC2 avec déjà un expérience de la situation d'enseignant. J'ai
l'impression que les gens qui passeront le concours après avoir fait un master enseignement seront plus proches de leur situation que ceux qui ont été envoyés devant une salle de classe sans jamais
avoir fait de stage, sans jamais avoir réfléchi à des cours, à des séquences, etc.

On s'enrichit toujours dans la confrontation d'avis différents, c'est pourquoi je reste une lectrice fidèle. Et puis ce "mois des stagiaires" me prépare psychologiquement à ce que j'endurerai
l'année prochaine.


Celeborn 07/01/2011 22:55


Chère Justine,

Vous ne m'ennuyez pas, rassurez-vous. Je vais même avoir plaisir à vous répondre.

Tout d'abord, le nouveau système ne justifie en rien qu'une année soit "sacrifiée" comme elle l'est actuellement. Ce sont des personnes réelles qui sont mises dans cette situation, et ça me paraît
normal de leur donner la parole. On ne va pas nier ce qu'elles vivent au prétexte que, pour d'autres, ça va (peut-être) aller mieux après. Des collègues sont placés actuellement dans des situations
abominables et révoltantes : ça me paraît évident d'en parler. Moi, je trouve plutôt qu'on n'en parle pas assez.

Ensuite, je rappelle que le "master-enseignement" n'est en rien obligatoire pour passer le concours : des tas de gens comptent bien le passer en s'étant inscrits en master recherche, qui offre
nettement + de débouchés que l'autre si jamais on échoue.

Enfin, ces masters enseignement, ce n'est ni plus ni moins que le recyclage des IUFM. Vous me permettrez de douter de la qualité globale de la formation proposée (notamment concernant les
"connaissances universitaires" dont vous parlez).

Mais rassurez-vous : j'ai dans ma besace un témoignage d'étudiant en M1 qui sera publié au cours du mois. Si vous en connaissez d'autres qui souhaitent exprimer leur point de vue sur le sujet (quel
qu'il soit : j'ai aussi le témoignage d'une stagiaire pour qui ça se passe plutôt bien, et qui sera publié comme les autres), n'hésitez pas à me les envoyer !

je suis en tous les cas heureux que vous appréciiez ce blog, même si nous ne sommes pas toujours d'accord ;-)


Justine 07/01/2011 17:50


Cher Celeborn,

Il y a quelque chose me dérange dans votre initiative. Je ne dis pas qu'elle me déplaît, au contraire, tous ces témoignages m'intéresseront forcément puisqu'ayant eu mon CAPES l'an dernier mais
bénéficiant cette année d'un report de stage, je me trouverai dans la même situation que ces stagiaires l'an prochain. Je pourrais donc ainsi imaginer à quoi m'attendre.

Ce qui m'embête plutôt c'est la façon dont tout cela est mis en scène, et comment vous, et les médias en général puisqu'il me semble que c'est une attitude plutôt consensuelle, de déplorez la
situation des prof-stagiaires cette année en oubliant le reste (du moins, c'est le sentiment que cela me donne).
Ce qu'il faut voir c'est que la réforme, telle qu'elle est pensée, sacrifie certes la formation des profs-stagiaires cette année, un peu celle de l'année prochaine, mais les professeurs qui seront
certifiés à la fin du master enseignement qui a été créé cette année auront, eux, bénéficié d'un stage. (Du moins, si les tuteurs acceptaient de prendre des stagiaires, mais apparemment c'est plus
compliqué que ça en a l'air.) Alors que jusqu'ici les prof-stagiaires arrivaient devant leur classe sans avoir aucune expérience, soit à mi-temps avant la réforme, soit à plein temps maintenant
(c'est surtout là que le bat blesse). Quelque part, je trouve donc positif qu'on préfère un master semi-professionalisant, à une préparation au concours qui se focalise uniquement sur les
connaissances universitaires (que le master ne néglige pas pour autant.) Je pense donc que la formation telle qu'elle se présentera, préparera mieux au métier d'enseignant.

Je trouve qu'en se focalisant sur les malheureux stagiaires de cette année, on oublie que ce qui est vraiment gênant avec la réforme, c'est ce sur quoi elle aboutira : des professeurs vacataires
titulaires d'un master enseignement mais qui auront été refoulés au CAPES, ce qui entraînera un jour au l'autre la supression du CAPES lui-même.

Mais peut-être que j'ai tort et que le vrai problème ce sont les malheureux stagiaires de cette année dont la moitié a d'ailleurs déjà baissé les bras.

J'espère n'être pas impertinente et ne pas vous avoir ennuyé avec mes élucubrations.

Mais vous savez (ou ne savez pas) que j'ai toujours plaisir à lire et que sans ça je n'aurais pas l'impertinence de vous soumettre mon agacement.

Bien à vous

Justine


karine 04/01/2011 09:27


Bonjour,

Bonne initiative qui est bien dans l'esprit impertinent et espiègle de ce blog.

Merci pour ces articles que je ne manquerai pas de venir lire ce mois ci...et les autres .

Bonne continuation


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages