Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 10:03
 

  Suite à des échanges hautement originaux avec un collègue personnel de direction qui a déboulé sur ce blog comme Milou dans une partie d'Awale, j'ai eu envie de mettre un peu d'ordre dans mes idées et d'essayer de voir ce que je pense vraiment et honnêtement de cette bestiole étrange qu'est le socle commun. Les non-initiés (comprendre ceux qui n'évoluent pas dans le joli monde enchanté de l'Educ'Nat') trouveront peut-être la chose aride ; j'en suis navré par avance ! (mais que ça ne vous empêche pas de lire quand même, bande de feignants !)

   Pour ceux qui ne le maîtrisent pas (une honte !), je vous suggère d'allez voir (tout ce qui est dans la partie "Annexe").

   Ça y est ? Alors développons.

   Je laisserai de côté la question de l'origine du S3C (Socle Commun de Connaissances et de Compétences... suivez un peu !), et invite ceux que ça intéresse à se rendre ici. Ce qui va m'occuper dans ce billet, c'est le côté enseignement, pratique, pragmatique, quotidien.



I- L'incompétence des compétences

   J'ai toujours eu un problème – depuis que j'en ai appris l'existence – avec l'enseignement par compétences. Il me semble aller dans le mauvais sens, mettre sur le même plan des choses qui n'ont rien à voir, et déconstruire le savoir au lieu de le construire.
  1. Aller dans le mauvais sens : je vois l'enseignement comme développement de la pensée dans un certain nombre de domaines ou disciplines précis. On travaille les composantes d'une discipline, on les étudie, le tout afin d'obtenir une maîtrise convenable de la discipline en question en termes de savoirs, de réflexion et d'application. Les enseignants sont recrutés (normalement) car ils sont spécialistes d'une discipline, pas spécialistes en compétences-clefs transversales. C'est d'ailleurs ainsi que fonctionne l'université, les classes préparatoires, les grandes écoles : ce n'était pas mon prof de micro-économie qui me faisait une formation Excel, à l''ESSEC.  Je ne débattrai pas sur le fait qu'il est meilleur ou pas de faire de la musique plutôt que du droit, ou de la géologie plutôt que de la sociologie au collège. On va dire que c'est comme ça. En revanche, chaque discipline doit être maîtrisée pour pouvoir éventuellement envisager de tisser par la suite des liens interdisciplinaires, chose extraordinairement complexe, alchimie peu évidente dès qu'elle dépasse un aspect assez formel (ma collègue d'Histégé étudie le Tigre et l'Euphrate ; j'étudie pourquoi on met des majuscules à Tigre et à Euphrate : rien d'exceptionnel, n'est-il pas ?). Bref : on ne crée des liens qu'entre des choses que l'on connaît et maîtrise. Or avec les compétences, on va plutôt piocher à gauche et à droite, dans chaque discipline qui ne sert plus que de prétexte, des petits morceaux qui sont censés, une fois assemblés, constituer une entité : la compétence. Je n'y crois pas. J'ai plutôt l'impression qu'on évacue l'effort que demande la domination des notions d'une discipline au profit d'une liste de petites choses qui n'ont pas l'air bien méchantes, d'autant moins méchantes qu'elles sont souvent très floues et très hétérogènes
  2. Mettre sur le même plan des choses qui n'ont rien à voir : une liste de compétences, c'est généralement un inventaire à la Prévert, mais sans même la certitude d'y retrouver régulièrement des ratons-laveurs. On n'y décèle aucune cohérence, sinon une vague tentative plus formelle qu'autre chose de regrouper ça par thème, mais quels thèmes ("autonomie et initiative", mon Dieu !) !  Parvenir à regrouper sous le même titre des choses aussi diverses que "connaître l'environnement économique", "savoir respecter des consignes", "savoir nager" et "avoir conscience de l'influence des autres sur ses valeurs et ses choix" m'apparaît une imposture intellectuelle.
  3. Déconstruire le savoir : c'est mon plus grand reproche. A courir après les compétences pour les valider, on fait passer le savoir au second plan. Par exemple, une des (peu nombreuses) compétences de lecture du socle est : "lire des œuvres littéraires intégrales, notamment classiques, et rendre compte de sa lecture." Nul part il n'est envisagé d'analyser la chose, et encore moins d'y trouver un plaisir esthétique et intellectuel. Une ou deux autres compétence de la rubrique nous parlent bien de "manifester sa compréhension de textes variés", mais là encore, ça peut aller de la recette de cuisine à Voyage au bout de la nuit, cette histoire, et je crains qu'on ne soit davantage du côté de Françoise Bernard que de Céline.
  On a déjà un exemple d'enseignement par compétences qui s'est mis en place dans mon collège (et dans tous, d'ailleurs) : le B2i (Brevet Informatique et Internet), que l'on retrouve justement dans le pilier 4 du S3C (oui je sais, ça fait peur...) : perte de temps énorme en réunionite dans l'optique d'attribuer telle compétence à tel(s) niveau,(x) à telle(s) matière(s). Prise de tête pour fabriquer des séances qui "valident" les compétences (et vu le flou de certaines, on ne sait où placer le curseur : jusqu'à quel point l'élève doit-il être capable de "paramétrer l'impression", par exemple ?). Problèmes techniques en tous genres lors des séances...

"M'sieur ! On n'arrive pas à récupérer le document !"
Ne vous inquiétez pas, Béline. Vous faites comme-ci, comme-ça, et là... ça marche pas !!!  ROGNTUDJÛ !!! Vite, qu'on m'apporte un prof de techno, sinon je ravage la salle informatique façon Nicholson dans
Shining

   ... je ne parle même pas de la (courte) formation, au demeurant assurée par une personne sympathique et compétente. Mais même après, certains de mes collègues qui ne sont pas de ma génération et qui n'ont pas d'affinités électives avec le monde merveilleux des pixels sont autant capables de faire des séances informatiques efficaces pour valider le bouzin que moi de danser Le Lac des cygnes à l'opéra de Paris... et ce n'est pas par mauvaise volonté ! Bref, tout ce micmac pour qu'au final on fasse ce qui est évidemment demandé, à savoir s'arranger plus ou moins avec la réalité pour le donner à tout le monde, sauf cas très particulier et très irritant.



II- Définir l'indéfinissable

   Vous vous en serez peut-être aperçus par vous-mêmes : il y a une grosse question concernant ces compétences. Comment sont-elles délimitées ? Qui fixe le point au-delà duquel l'élève passe du bon côté de la compétence ?

   Concernant les compétences de "connaissances", elles ont généralement le mérite de désigner des savoirs, mais en une ligne lapidaire et puis débrouillez-vous. "Connaître la ponctuation", très bien. Laquelle ? Lesquelles ? Jusqu'à quel point ? Toutes celles du programme ? Seulement certaines ? La virgule ? Le point virgule ? Et puis qu'est-ce que "connaître la ponctuation" ? Est-ce savoir qu'elle existe ? Savoir la re-connaître ? Savoir l'utiliser ? Avec quel degré de précision ? Même chose pour "la conjugaison des verbes" ? Quels verbes ? Tous ceux du programme de 3e  à tous les temps du programme de 3e? 90% des élèves ne valideront pas le S3C, alors, parole de prof de français. Alors lesquels ? A quels temps ? Qui décide ? Le prof ? Mais en fonction de quoi ? De sa légendaire intuition pédagogique ? D'une bonne réunion en équipe ? D'une circulaire qui va finir par nous arriver dessus et qui nous expliquera que bon, le verbe "prendre" au passé simple d'accord, mais le verbe "acquérir" au subjonctif présent non ? Il y aura les connaissances "socle commun" et les autres, les premières estampillées d'un joli logo dans les (nouveaux, forcément nouveaux) manuels ?

"Attention chers élèves, la question 3)c) du contrôle d'aujourd'hui valide la compétence I-4-β du socle ! Je passerai une nuit blanche à mettre des croix dans vos livrets de compétences, alors par pitié répondez-y bien, d'ailleurs j'écris la réponse au tableau. Oui Cléonte, une question ? Tu as levé la main pour prendre la parole, bravo Cléonte, tu viens de respecter les règles de la classe, et valides de ce fait la compétence 6-A-2-α ! Et bon, si maintenant on faisait le contrôle, hein ? Mais... pourquoi vous levez tous la main ?"

   Bref, chaque "connaissance" du socle va-t-elle devoir être pesée, soupesée, extrapolée, réfléchie pour savoir à partir de quand on la valide ou non ? Je ne connais aucun collègue qui sera capable d'un tel travail.

   Concernant les compétences de "capacités" (qui correspondent aux savoir-faire chers à ceux qui se souviennent de leur année d'IUFM, et qui sont généralement introduites par la formule "l'élève doit être capable de"), elle vont de choses tout à fait scolaires et évaluables ("résumer un texte", "déterminer rapidement un ordre de grandeur") à d'autres choses nettement plus ésotériques telles que "prendre en compte le propos d'autrui", "manipuler et d’expérimenter en éprouvant la résistance du réel" ou même "avoir une approche sensible de la réalité"... et bien évidemment l'inénarrable "savoir s’auto-évaluer" sans lequel il n'y a pas de pédagogie valable, ma bonne amie !
L'une de ces capacités est tout à fait fascinantes : "
être éduqué aux médias et avoir conscience de leur place et de leur influence dans la société". La capacité d' "être éduqué" ! Voilà une idée merveilleuse ! On ne sait tellement plus ce qu'on raconte, dans ce socle, qu' "être éduqué" à quelque chose devient une capacité.

"J'ai validé une compétence de mon socle, aujourd'hui, m'sieur ! : j'ai été éduqué aux médias. En revanche, je n'ai pas compris grand chose, mais bon, comme j'ai pu dire que les médias, c'était important dans le monde aujourd'hui, ça allait !"
Bravo, Ariste...


   Quant aux compétences d'"attitudes" (les fameux "savoir-être"), elle me font vomir, car elles ressemblent davantage à un formatage à des valeurs souvent discutables qu'à une éducation. C'est comme toujours : plus on prétend libérer l'élève de ses carcans (les vilains profs autoritaires, les méchantes disciplines cloisonnées), plus on affirme le mettre  au centre, et plus on tente de le formater selon un "bien" préconçu et indiscutable. C'est alors au mieux un festival de bons sentiments ("l’ouverture à la communication, au dialogue, au débat", "la responsabilité face à l’environnement", "le respect de soi") et de vœux pieux ("la volonté de résoudre pacifiquement les conflits", "le désir d’écouter les médias audiovisuels étrangers", "le respect de la vérité rationnellement établie"– eh oui ! le respect est tellement présent que l'on respecte même "2+2=4", aujourd'hui ! C'est Dom Juan qui serait content1 !)  ; au pire une demande de se conformer à un certain type de personnalité jugé "meilleur" avec des choses telles que "l’ouverture à la communication" (si tu communiques pas, t'es naze !), " le goût du raisonnement fondé sur des arguments dont la validité est à prouver" (si t'aimes pas ça, t'es nul !), "l’intérêt pour les progrès scientifiques et techniques" (si tu t'y intéresses pas, t'es pas un vrai citoyen !), la "nécessité de la solidarité" (tu n'as pas donné d'argent au mendiant : c'est une honte !) et même cette chose inouïe qu'est "la volonté de participer à des activités civiques" (tu vas aller aux scouts bien gentiment et aider les mamies à traverser la rue tout de suite, sinon t'es un sous-citoyen !). Certaines mériteraient même qu'on s'y attarde juste pour leur beauté formelle ("la conscience que nul ne peut exister sans autrui", comme c'est joli !) ou leur manque de discrétion dans l'assénement d'une doxa intenable ("une ouverture d’esprit aux différents secteurs professionnels et conscience de leur égale dignité", ça va quand même finir par se voir, là !). Et se pose évidemment la grande question : comment diable déterminer si ces compétences d'attitudes sont ou non validées ? Dis-moi, Argan, as-tu le goût du raisonnement fondé sur des arguments dont la validité est à prouver ? Oui ? Non ? Auto-évalue-toi, en fait : ce sera plus facile pour moi (et tu valideras une compétence supplémentaire en le faisant, Argan !!)



III- Valider l'invalidable

  C'est là la grande tromperie de l'enseignement par compétences, et par là même du socle commun. L'évaluation des compétences ne peut être précise ; or il va bien falloir choisir une case. Et comme un élève saura toujours lire une recette de cuisine et une histoire de Toto, on validera "manifester sa compréhension de textes variés, qu’ils soient documentaires ou littéraires" ; comme il placera quand même le cœur au bon endroit, on validera "l’organisation et le fonctionnement du corps humain". Et comme au final on aura validé une majorité de petites parcelles, de rognures d'ongles, que fera-t-on ? On validera le S3C, évidemment ! A l'aide par exemple d'une jolie feuille comme celle-ci, chef-d'œuvre ubuesque où l'on met "oui" ou non" à tout un pavé de compétences. Rassurez-vous, on s'arrangera pour "valoriser le positif" afin que même les élèves tangents grimpent sur le socle et embrassent de leur regard le néant de la formation qui s'étend à leurs pieds, se demandant bien comment, pour certains, ils ont validé la chose avec d'aussi mauvaises notes (tant qu'il y aura des notes).

  Alors puisque le socle parle sans arrêt de "respect", je tiens à dire ceci : faire croire aux élèves en (parfois grande) difficulté qu'ils sont bons, qu'ils maîtrisent toutes les compétences nécessaires à leur développement intellectuel, social et civique, et que c'est grâce à ce fabuleux enseignement par compétences qu'ils y sont parvenus, c'est leur manquer de respect. A tel point que j'en suis profondément indigné. C'est leur mentir, tout simplement, et mentir à leurs parents, mentir à la nation entière, défendre par tous les moyens – y compris et surtout les plus mensongers – cette idée qu'une fois encore, le niveau monte, puisque l'on en fait moins (une petite statistique sur les diminutions du nombre d'heures de français en collège, par exemple ? Mais avec plaisir !) , mais qu'on le fait mieux. Non, on ne le fait pas mieux ; on semble même tout mettre en place pour le faire moins bien, pour déconstruire chaque enseignement au profit d'un enseignement unifié à base de "compétences-clés" qui n'ouvrent que la porte du local-poubelles tellement elles sont mal conçues, mal délimitées, "malenseignables".
  On le sait, pourtant ! On a eu droit des années durant à ces livrets d'évaluation en 6e "critérés" par items (compétences déguisées sous un autre mot), où des rédactions indigentes, nulles, pleines de fautes, incompréhensibles même permettaient joyeusement de valider comme acquis la moitié ou peu s'en fallait des items qui la "critéraient" (vous aussi, il vous arrache un peu la bouche, ce verbe ? ^^). On le voit avec le B2i, où des profs qui font ce qu'ils peuvent dans un domaine qui n'est pas le leur passent du temps à évaluer des items (encore eux !) très formels à partir de séances que leurs élèves auront généralement oubliées au bout d'une semaine (ce à quoi on me rétorquera qu'il faut aller plus souvent en salle info. Mais moi, je suis prof de français, pas informaticien). On le voit chaque année avec les illisibles livrets de primaire pleins de croix partout, dans lesquels une vache n'y retrouve pas son éléphanteau, ni un professeur le niveau réel d'un élève.
  Mais nous avançons, sifflotant gaîment, vers le monde merveilleux des compétences, où le savoir disparaît derrière l'attitude, et où la réflexion, la constitution d'une culture, une vraie, la formation de ce qu'on pourrait appeler l'honnête homme disparaît derrière un nuage de critères regroupés plus au moins au hasard, évalués comme on le pourra, liste démente jetée en pâture à tous ceux qui vont la gloser, la malaxer et la recracher sous formes de nouveaux tableaux plus précis, de critères de validation des critères de validation des critères de validation des crit.., bâtissant ainsi peu à peu une formidable architecture digne d'une œuvre d'Escher. La beauté en moins.


1. "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle." (Molière, Dom Juan)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

windows vista updates 06/11/2013 13:05

For anything to do well, it must have a strong foundation. I am happy that there is a strong feeling to get to the bottom and make things work out well within the organization. Only then there can be any sort of upliftment. Thanks for sharing!

Thomas 06/11/2013 07:52

même permettaient joyeusement de valider comme acquis la moitié ou peu s'en fallait des

Celeborn 30/09/2009 13:31


Eh oui, il y a un pilote dans l'avion. Mais il piloterait probablement mieux l'avion si 15 hauts-parleurs ne lui balançaient pas régulièrement de nouvelles directives telles que "faites du
rase-motte au dessus de l'Himalaya" ou "pour votre vol Paris-Londres, finalement, vous passerez par Pékin. Non, pas d'arrêt prévu pour remettre de l'essence."

Merci à Nicolas pour m'avoir corrigé !


Did 28/09/2009 17:23


Le pire c'est qu'on commence, dès la maternelle, à enseigner et à évaluer selon les compétences.

Y a-t-il un pilote dans l'avion ?


Patrice 28/09/2009 14:30


Certes, mais nous revoilà au coeur du problème soulevé par Célé' : rien de moins clair que le langage de l'EducNat tel qu'on nous l'inflige...

Patrice, les cahiers au feu, l'apprenant au milieu !


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages