Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 09:41
 

  Je dis toujours à mes élèves que la littérature ne parle que de deux choses : l'amour et la mort. Et j'ajoute systématiquement qu'en fait, c'est la même chose. On ne se rend pas compte à quel point être professeur de français, c'est parler d'amour toute la journée. Il faut parfois être bien accroché.

  Je me rappelle avoir parlé d'amour un jour où je m'étais pris un rateau. Déjà, un rateau, ce n'est pas la chose la plus agréable du monde, mais là, j'ai bien compris que j'étais capable d'ajouter à ma souffrance par mon enseignement !

  "Alors reprenons ensemble le texte que je vous ai distribué, extrait de L'Education sentimentale : il s'agit de la dernière rencontre entre Frédéric Moreau et madame Arnoux..."

  ... c'est-à-dire du plus beau rateau de toute la littérature française... Bien joué ! Elle vient enfin s'offrir à lui ; il voit ses cheveux blancs et la rejette. Lui-même a raté plus ou moins sa vie. Certes, dans ce roman, "leurs yeux se rencontrèrent" , mais là, ses yeux se détournèrent, surtout. Bon choix de texte : tu vas déprimer pendant toute l'heure !

  ... ce qui fut fait.

   Coup de chance, ensuite, j'enchaînai sur un cours en petit groupe ("aide individualisée", qu'ils appellent ça), où j'allais pouvoir reprendre du poil de la bête avec les quelques élèves (filles, pour le coup) sympathiques qui restaient avec moi. J'avais choisi d'approfondir l'étude du réalisme littéraire à l'aide d'une chanson guillerette et primesautière de...

... Barbara...



... Hagarde, elle sortit de la salle des ventes,
Froissant quelques billets dedans ses mains tremblantes,
Quelques billets froissés du bout de ses doigts nus,
Quelques billets froissés pour un passé perdu.

Hagarde, elle sortit de la salle des ventes.
Je la vis s'éloigner, courbée et déchirante.
De son amour d'antan, rien ne lui restait plus,
Pas même ce souvenir, aujourd'hui disparu.

(la chanson, c'est "Drouot". Elle mérite d'être écoutée.)
 
  Je ne pleure jamais, mais là, je n'en étais pas loin...

  "C'est triste, m'sieur !"
 
  Ah oui Armande, c'est triste. Tiens, pour la peine, et pour se finir proprement, je vous passe "Amoureuse" de la même, comme ça ensuite on rentrera chez nous et on ira tous directement se coucher, bien déprimés !

Et puis, soudain, le gris du ciel redevient gris
Et puis soudain le poids des jours redevient lourd.
Tout est fini, tout est fini, l'amour se meurt :
Il est parti, il est parti et toi, tu pleures
Et c'est fini, oui, c'est fini.
Malheureuse [3x] .
Malheureuse [3x] , tellement malheureuse.

  Heureusement, à la fin, elles m'ont demandé "L'Aigle noir" : ça nous a remonté le moral de parler d'inceste !



  Par bonheur, parfois, l'amour, c'est gai ! Je n'aime rien tant qu'un sixième en train d'essayer de comprendre ce que peut bien être ce septième péché capital, la "luxure"...

   "C'est quand on vit dans une très belle maison, m'sieur ?"

  ... si ce n'est un cinquième en plein amour courtois...

  "Qu'est-ce vous voulez dire par "les amants étaient supposés consommer", m'sieur ?"

  ... quoiqu'un quatrième confronté à la symbolique du vampire...

  "C'est attirant mais potentiellement dangereux, ça se passe généralement la nuit, et on en ressort le matin vidé de son énergie ? Non, m'sieur, j'vois pas ce que ça peut être..." (classe de 4e Platon)

  "C'est le SEXE, m'sieur !!!!!" (classe de 4e Sade)

  Quant aux 3e, l'étude de l'autobiographique est toujours une période riche en confidences de la part des demoiselles, qui ne peuvent s'empêcher de me parler de leur première fois dans leurs "Je me souviens..." Remarquez, elle le font avec beaucoup de pudeur, et le résultat est touchant (sauf celle qui s'est souvenue s'être pris une cuite et avoir ensuite dansé nue sur le frigo... là, j'ai eu + de mal ^^).

  En tous les cas, l'amour fait toujours tourner le monde, la tête des élèves comme celle de leurs enseignants, et c'est très bien comme ça ! Cela nous fait au moins un sujet de conversation sur lequel nous sommes capables de nous comprendre.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mélanie 03/06/2009 13:30

Puis-je partager une de mes anecdotes ?
classe de 5e, cours sur "La farce du cuvier". La femme exige de son mari qu'il fasse 8 fois par jour la chose. "C'est quoi la chose M'dame ?" ricanements de la part des garçons et rougissements de la part des filles. Finalement nous nous mettons d'accord : faire la chose = faire l'amour. "On ne va pas noter ça dans le cahier M'dame !!!"

Celeborn 23/02/2009 00:15

Peut-être ma préférée, "Joyeux Noël" ! Bienvenue, au fait !

lamerciere 22/02/2009 23:28

T'avais plus qu'à leur passer "Joyeux Noel" et elles seraient sorties de la salle larmoyantes... ^^

Patrice 02/02/2009 13:27

Dame, oui ! qu'on se reconnaît ;)
Ô fête, faut que je (re)fasse un tour chez vous, diablesse, ou vous allez me jeter un sort mérité !

Patrice percé jusques au fond du... rhôôô

Dame 02/02/2009 05:45

J'ai pleuré... à l'Education Sentimentale. (passage choisi spécialement pour moi)Moi parano ?.
J'ai pleuré... à Drouot. C'est mon histoire !

Pfff... la classe de sixième ne me vaut rien. Je retourne en quatrième...

Bravo pour ce weblog mon cher ami. Je salue Patrice au passage.

Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages