Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 11:36

  Voilà une des bonnes surprises de ce blog : en cherchant une nouvelle à vous poster, je suis tombé sur ce (vieux) texte. Je ne me souvenais même pas l'avoir écrit ! Que mes amis et collègues se rassurent : il n'est pas autobiographique. Pas la peine donc d'appeler l'aliéniste : j'ai certes la mémoire qui flanche, mais je compte bien m'en tenir là pour l'instant ! 


L'Ecriveur


J'écris. Partout, toujours, sans pauses, sans repos, j'écris.

J'écris. J'aligne à chaque instant les mots, les mots qui font des phrases, les phrases des romans, les romans une oeuvre.

J'écris quand je vais mal ; j'écris quand je vais bien, mais suis-je déjà allé bien ? J'ai l'écriture pathologique ; écrire me rend malade. J'écris et j'en souffre. J'écris et j'en vomis. J'écris et j'en pleure.


J'écris le jour, du matin au soir. Je compose, je décompose, je recompose, j'assemble et désassemble interminablement les mêmes expressions, le même thème, la même obsession.

J'écris dans mon sommeil ; j'en cauchemarde la nuit. C'est monstrueux d'écrire quand on dort, de s'épuiser à gratter le papier. J'écris mes fantasmes dans mes rêves ; j'écris ma vie quand je ne vis plus ; je me réveille épuisé. J'en ai rêvé, des chefs-d'oeuvre, des livres magnifiques, à l'envers, à l'endroit, pêle-mêle. Certains commencent par la fin et ne débutent jamais, d'autres me hantent tous les mois ; j'y ajoute un chapitre par an ; je ne les finirai plus.

J'écris car j'ai ça en moi, car j'ai un stylo enfoncé dans la cervelle ; j'écris parce que j'aime ça ; j'écris parce que je hais ça ; j'écris parce que j'écris ; parce qu'écrire, c'est moi.


Je n'en peux plus d'écrire. J'aimerais m'arrêter parfois, avoir la tête vide, dormir comme tout le monde dort, vivre comme tout le monde vit. J'aimerais ne pas y penser mais je ne pense qu'à ça. J'écris comme on respire et j'étouffe de trop respirer. J'écris en hydropique, en fou, en génie.


J'écris... oui mais je n'écris pas. Jamais un mot de moi n'est apparu sur une feuille blanche. Je suis la mine et le papier, j'écris sur moi, j'écris en moi. Personne ne le saura, non, personne ne verra, n'entendra ce que j'écris. J'écris comme parle un muet, à l'intérieur, je grave les mots dans ma chair, j'ai l'écriture mutilante.


Alors c'est vrai, je me dis qu'il faudrait faire sortir tout ça, que l'implosion est proche, qu'écrire sans écrire, ça me mène à nulle part. Je me le dis mais je n'agis pas, mais je ne peux pas agir. J'écris parce que je voudrais faire autrement. J'écris parce que je voudrais ne pas écrire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jugurta 04/02/2009 12:25

Intérêssant.
Ecrire dans mon sommeil, enfin avant de m'endormir, moi quand ça m'arrive, je prends mon magnéto et je m'enregistre...

Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages