Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 23:14

scrapbooking

 

 

 

(Petite piqûre de rappel ici.)

 

   Cette année, au collège, on a changé la forme, mais pas vraiment le fond.

 

 

  Conseil pédagogique joyeux et primesautier ce soir, qui, après sept heures de cours (bon, en fait, j'avais mesquinement prévu quelques contrôles, ha ha ha !), vient comme la récompense ultime de cette belle et dure journée de labeur. Autour d'un jus de raisin et de Petits Beurres (le vrai !), la question qui nous taraudait évidemment tous : comment mettre en place l'enseignement de l'histoire des arts1 ? Après présentation du PDF d'Éduscol (qu'on nous promet de nous afficher ET de nous envoyer… mais bon, on nous l'a lu quand même…), après diverses divagations émues sur la beauté de la chose de la part de notre principal adjoint dans le genre…

 

« une culture personnelle à valeur universelle »… Moi ça m'a touché !2 

 

… et après proposition de moults activités potentielles, partenariats possibles et projets communs envisageables avec notre environnement local — car l'histoire des arts, il faut la « trouver dans notre environnement local », chez le paysagiste du coin, dans le musée du carreau en faïence du canton ou à la fête bisannuelle de la chaise en rotin organisée dans la grand'rue du village — on a pu exprimer notre ressenti, nos angoisses, nos désaccords en toute sérénité — et même avec la bénédiction de not' chef, très à l'aise dans le rôle du « je suis du même avis que vous, mais que voulez-vous, on est bien obligé de faire quelque chose ».

 

  C'est très frustrant, d'ailleurs. Tout d'abord parce qu'il est fort possible qu'il ne mente pas — et autant on a du plaisir à gueuler sur le méchant tyran aux yeux rouges envoyé du ministère, autant c'est plus dur de se mettre en train face à quelqu'un qui vous comprend — ; ensuite parce que ça coupe tous vos effets scéniques — et ma « liberté pédagogique », alors, comment vais-je donc la mettre en valeur, moi, maintenant ? 


 

  Heureusement, en troisième partie, la direction nous a proposé sa solution miracle — qu'elle avait depuis le départ d'ailleurs, mais c'est mieux de faire patienter le chaland et de le laisser s'épuiser avant de le cueillir tout fourbu avec votre système vendu clef-en-main.

 

 

 

  Un cahier.

 

 

 

  Oui, c'est ça, la solution miracle. En fait, quand on fait en cours quelque chose qui a vaguement trait (même de très loin, même en EPS, même en maths) à l'histoire des arts, paf ! dans le cahier d'histoire des arts. 

 

  Et voilà le travail. L'élève conserve le cahier durant ses quatre années3 au collège — sans le perdre bien entendu (et là, on y croit tous) — l'enrichit lui-même au gré de ses visites et expériences personnelles, le décore, laisse ses parents faire du scrapbooking dessus et le remplir à sa place au passage… Bref, une solution formidable pour résoudre un problème qui n'en a de toute manière pas de bonnes. Devant l'argument spontané qui m'est venu sournoisement4 à la bouche (« ségrégation sociale »), le principal répond qu'on ne traitera pas de la même manière les élèves dont on sait que la situation familiale ne permet pas aux parents de consacrer une grande part de leur maigre temps de loisirs au scrapbooking (et plus sérieusement5 à la visite de musées autres que celui de la pomme de terre en robe des champs, ou à l'achat de places de théâtre pour voir une pièce classique le mercredi soir plutôt qu'« Incroyables Talents » sur M6). Ne voulant lancer le débat sur l'égalité républicaine, je me suis retenu de demander si on devait ajouter 1 point par enfant dans la famille au-delà du troisième, ou si un parent au SMIC apportait un bonus. J'ai préféré considérer que c'était une idée lancée dans le feu de l'action et pleine de bons sentiments6.


 

  De toute manière, on s'est surtout mis d'accord sur le fait qu'il fallait que les profs en reparlent entre eux pour qu'ils se mettent d'accord pour qu'une délégation de profs aille ensuite voir la direction pour se mettre d'accord. À moins qu'on se mette d'accord au prochain conseil pédagogique7, en fait. Et pour reconduire le système de l'année dernière pour les 3e de cette année, qui n'auront pas 4 ans pour scrapbooker.


 

  Rappelons que l'épreuve d'histoire des arts compte pour l'obtention du DNB8, à hauteur d'une note sur 20 coefficient 2 (oui oui, coefficient 2 !). Le scrapbooking, ça paye !

 

 

 


1. Amateurs de pratiques contre nature perpétrées sur d'innocents diptères, ceci est pour vous : « L'histoire des arts est un enseignement, pas une discipline ». Je vous laisse méditer… 

 

2. Personnellement, ça m'inquiète plutôt, cet objectif, ayant toujours vu l'école comme transmettant une culture universelle à valeur personnelle. Comme quoi, l'ordre des mots, tout ça…

 

3. Encore une preuve qu'on ne tient vraiment pas à faire redoubler les élèves ! 

 

4. Oui, je peux être sournois même dans ma spontanéité !

 

5. Encore que…

 

6. Ma gentillesse me perdra un jour.

 

7. Faites-moi penser à vous dire un jour tout le mal que je pense de cette institution bâtarde nommée « conseil pédagogique », au fait.

 

8. Diplôme National du Brevet. « Le truc qui sert à rien, comme les boules à neige », dixerunt les Zrofs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

karine 08/11/2010 11:31


Bonjour,

J'adore le coup du cahier ( même en EPS ? ). J'ai tenté une fois un cahier en EPS : ingérable. Dommage celà pourrait être intéressant mais nous n'avons pas le temps..ou alors en AC.EDucatif
Sportif, celà pourrait faire un "projet" concret et intéressant.

A bientôt


Lilith65 07/11/2010 19:33


L et M sont trop proches sur le clavier.... Veuillez m'en excuser....
;-)


Lilith65 07/11/2010 19:32


Cher celeborn,
Tu (tu permets que je te tutoies ? Nous faisons partie de la même maison, même si je suis très très primaire) me fais beaucoup rire et je partage cet humour d'autant plus que, malgré mon relatif
jeune âge (au vu de la réforme des retraites, il me reste au bas mot, environ 20 ans de bons et moyaux services avant d'avoir, peut-être, le droit d'aller à la pêche le lundi et au salon de thé le
mardi avec les copines), je suis une prof des écoles méga ringarde qui fait du Bled d'une part, mais ne respecte absolument pas les programmes 2008 d'autre part, puisque l'histoire des arts, telle
qu'on nous demande de l'enseigner, je ne l'enseigne pas, je m'attarde sur les plafonds de Le Brun lorsque nous étudions Louis XIV, ou sur Turner lorsque nous évoquons le XVIIIè siècle, et puis je
me refuse à faire de la morale chaque jour, nous sommes censés travailler comme il y a 50 ans sur une phrase du genre "il faut aider son prochain", hop, comme ça, sorti de nulle part, et
j't'embrouille (ça doit être le pilier heu, je ne sais plus, du socle commun, hahaha, ça aussi, ça me fait vraimnt marrer...)
Bref : il est TRES important d'en rire car c'est effectivement navrant de voir où nous en sommes rendus pour enseigner.... Le cahier de vie des arts (j'aurais pu enlever le "a", ça aurait été
rigolo et plus parlant), je connais, j'ai même essayé..... Deux mois..... Faut pas rêver....
Rions ensemble de la débilité du mammouth en folie, mais essayons aussi de nous révolter, dans nos classes, pour que les enfants qui passent comprennent l'importance de la lecture, du savoir et de
la réflexion.


Patrice 06/11/2010 13:55


Et le carnet de vocabulaire latin jeté par certains à chaque fin d'année (i.e. deux fois seulement, 5ème et 4ème)... alors que pour le brevet, on a un corpus officiel à acquérir en une progression
non moins officielle !


Isabelle 06/11/2010 13:18


Quand on sait que les élèves oublient régulièrement leurs cahiers pour des cours existants, qu'en serait il pour un cahier qui ne correspondrait pas à une matière ? Il faudrait qu'ils l'aient
constamment ? Alors que les sacs sont déjà lourds et que ce cahier resterait peut-être au fond du sac plusieurs semaines sans être utilisé... Solution inapplicable en collège (les fournitures
scolaires ne restent pas en classe).
Le cahier de vie en maternelle : je me suis éclatée à le faire avec mon petit dernier (photos, tickets, dessins, collages divers, quelques légendes) et je l'ai gardé, c'est un joli souvenir.


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages