Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 20:03
L'école maltraite-t-elle les handicapés (et les AVS) ?

  On va parler de quelque chose de vraiment très sérieux, dans cet article, à savoir du handicap, et d'une catégorie de personnel qui est là pour aider à le gérer : les Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS… il existe également des EVS, Emplois Vie Scolaire).

 

  J'ai eu envie d'écrire cet article après qu'on m'a eu transmis des messages de Christel, AVS, compétente, (auto) formée, parfaitement insérée dans l'établissement scolaire où elle exerce. Or voilà ce qu'écrit Christel :

Je viens de tomber sur une offre d'emploi sur l'anpe.
On offre MON emploi.
On me remplace par une Evs, seulement 20h et très certainement payée moins que moi (et pourtant ce n'est pas facile à faire).
Et oui, pourquoi me garder ?
Je ne correspond plus à l'annonce :
- on demande un BAC : j'ai une licence
- on donne 20h par semaine : j'en fait 24 en classe plus toute la préparation à côté et les réunions (et j'en passe du temps à la préparation !)

Franchement ! pourquoi garder quelqu'un de TRÈS motivée et qui sait de quoi elle parle. Non mais, quelle idée aussi !
J'en devenais aigre.

Vous pouvez hurler mon nom, mon âge, mon adresse à qui vous le voulez.
Sortez moi de cette anonymat qui nous rend si mouton.

Je ne suis pas UNE AVS
Je suis Christel
mariée
2 enfants
ancienne contractuelle en collège- Musique
avec une Licence de l'université de Rennes II
J'ai mon fin d'étude du conservatoire de Caen en guitare classique
Je m'occupe d'enfants handicapés car je suis faite pour ça
je connais l'autisme, le braille, les techniques de portages pour personnes en fauteuil, j'ai travaillé en CLIS...
J'ai un passé, un présent


mais pas d'Avenir

 

 

  Qu'arrive-t-il à Christel ? Mais ce qui arrive à tout AVS dans notre pays : au bout de six ans de bons et loyaux services, c'est à la porte. Tout le travail effectué, tous les liens tissés non seulement avec les élèves, mais également avec l'équipe, toutes les choses mises en place, à la poubelle. Et en avant pour recruter quelqu'un d'autre, pas formé, qui va débarquer et dont le premier travail va être d'appendre son travail, justement. 

 

  Car au moment où notre représentativité nationale débat d'introduire ou non des moyens de renforcer l'obligation de scolariser tous les handicapés à l'École dans le cadre d'une inclusion si possible réussie, il conviendrait de dresser un bilan de la situation actuelle. On a fait progresser le nombre d'élèves handicapés inclus dans les structures scolaires lambda. Mais on le fait plus ou moins n'importe comment.

 

  Il faut écouter mes collègues quand ils parlent de ces élèves qui sont incapables de suivre, d'écrire, de s'exprimer correctement, et qui attendent désespérément qu'on parvienne enfin à leur recruter un AVS deux semaines, un mois, deux mois après la rentrée.

 

 Il faut écouter mes collègues AVS qui savent qu'ils ont là un job au rabais, sans formation, sans sécurité à long terme, alors que leur métier est d'une importance capitale pour que les inclusions d'élèves handicapés réussissent.

 

  Il faut écouter mes collègues quand ils disent que certains élèves, même avec tous les dispositifs du monde, ne peuvent être inclus dans un cursus « normal », et ce n'est pas faire de la discrimination que de dire que certains handicaps, certaines pathologies, certains cas relèvent de structures spécialisées, médicalisées, et qu'on ne balance pas comme ça un petit schizophrène dans une classe de primaire où personne n'est en mesure de le gérer, et où tout le monde finit par souffrir : les autres élèves, le professeur, et l'enfant lui-même.

 

  Il faut écouter mes collègues qui enseignent dans les CFA, lycées professionnels ou dans le supérieur quand ils disent que certains métiers ne sont pas accessibles à des personnes atteintes de certains handicaps, de certaines pathologies, et que c'est mentir à ces enfants que de leur laisser croire qu'ils vont pouvoir l'exercer. C'est ça, la vraie maltraitance des handicapés : c'est de leur faire croire des choses fausses à grands coups d'adaptation, de notation spécifique, de dispositifs particuliers, au lieu de leur dire la vérité, à savoir qu'ils peuvent réussir dans des tas de voies, dans des tas de filières, dans des tas de métiers, mais pas forcément dans tous. Comme pour un élève non handicapé, en fait. Or là, beaucoup d'inclusions n'en sont pas : certes l'élève est dans la classe, certes il suit les mêmes cours (ou une partie des mêmes cours), mais il n'est pas traité comme les autres, pas évalué comme les autres. Et il n'y a pas de mal à ça à partir du moment où tout le monde en est conscient et l'admet. Le problème, c'est que son dossier va être traité comme les autres, sans tenir compte de tout ce qui est différent, et qui n'est pas une tare, mais qui peut poser de sacrés soucis. Il ne viendrait à l'idée de personne de laisser un aveugle faire la circulation, alors pourquoi laisse-t-on un grand dyspraxique s'engager vers une voie où il sera conduit à manipuler des produits dangereux et à faire des dosages extrêmement précis, choses dont il est incapable ?

 

  Elle est là, la grande menterie au sujet de la scolarisation des handicapés : sous le vernis des bons sentiments, c'est une scolarité au rabais qui leur est le plus souvent proposée, aidés par des personnels non formés, enseignés par des personnels non formés à ça — et qui peuvent finir par péter une durite quand cinq, six, sept enfants handicapés se retrouvent dans la même classe, avec des handicaps différents, des aménagements différents, des protocoles différents à suivre, aidés, pas aidés, aidés mais pas tout le temps, bref, la chienlit. Pourquoi ces aberrations ? Mais parce que bien scolariser un élève handicapé coûte cher, parce que les structures spécifiques dont certains ont absolument besoin coûtent cher, et que finalement, coller tout le monde dans le cursus habituel avec le minimum vital pour qu'on n'aille quand même pas crier à la maltraitance (une réunion de suivi par-ci, une moitié d'AVS par là…), c'est tellement plus simple.

 

  Alors faites passer le message de Christel, des AVS, des professeurs : la scolarité d'un enfant handicapé, ça doit se réfléchir au cas par cas (y compris dans le processus d'orientation), avec toutes les parties concernées, et, dans le cas d'une inclusion, on doit fournir des personnels formés, stables et rémunérés comme il se doit, c'est-à-dire bien. Il est suffisamment compliqué d'être handicapé dans notre société pour que notre institution fasse au moins ça. Car des AVS qui n'ont pas d'avenir, ce sont des enfants handicapés qui n'ont pas d'avenir non plus. 

 

  Et c'est une honte.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MLA Kayouk 02/01/2014 07:51

Oui je vous l'accorde c'est scandaleux! mais ça n'empêche pas les recrutements et les licenciements bidons!!! pour ma part j'ai aussi une licence et parfaitement intégrée à cette classe! mais on me fait comprendre que je gêne le bon déroulement de cette classe, parce que la petite fille que je suis commence à s'intégrer....

Marina 03/10/2013 12:59

Bonjour
Je suis AVS depuis octobre 2008 j'ai un contrat de 20h30 payer 635,99 euros net est ce normal ????
Mon métier me plait énormément rendre service a des enfants qui nous demande de l'aide me fascine.
Ce qui me gêne dans profession c'est de ne pas être reconnue d'être transparente aussi bien envers le corps enseignants que les parents cela me désolé ce qui me fait tenir le coup encore aujourd'hui c'est que les enfants eut même son heureux de nous voir , son rassurer par notre présence .
Quand ce métier sera t'il enfin reconnu par tout le monde ????
A quand la titularisation ???
J'ai 2 enfants a ma charge est ce normal que je sois payer aussi peut ???
Avons nous des avantages que je ne connais pas a être AVS???
Combien d'année ai-je potentiellement encore a faire en temps que AVS???
Si mon contrat n'est pas renouvelé sur quelle autre genre de profession identique pourrais - je me retourner ???
Merci
De m'aider a résoudre toutes mes interrogation
Bien a vous marina

Tanguy Follio 04/06/2014 15:58

Hello Marina, si vous êtes en poste depuis octobre 2008, c'est que vous êtes probablement sous contrat AED (CDD d'un an renouvelables 5 fois). C'est bien ça ? Logiquement, vous devriez pouvoir être embauchée jusqu'en octobre 2014 ? Si c'est le cas, vous aurez atteint (en octobre 2014, donc) les 6 ans d'exercices qui vous permettraient d'être éligible à l'obtention d'un CDI. Il y a une demande écrite à faire (sans fautes, hein ;-) au directeur académique de votre région (sous couvert de l'inspecteur d'académie et de votre chef d'établissement). Bien entendu, l'éligibilité n'implique pas forcément l'acceptation du CDI. Et encore faut-il avoir travaillé six années complètes, pas un jour de moins....

Tanguy Follio 04/06/2014 15:43

Sur le fond (mais pas sur la forme qui est plutôt méprisante), je rejoins le point de vue de oui-oui. Je suis aussi AVS depuis 2008 (du CP à la 6è, au braille) et j'ai toujours essayé d'adapter pour le mieux les contenus scolaires, tout en faisant attention à bien respecter la grammaire et l'orthographe (en plus des fautes de frappe liées au braille). Comme certainement beaucoup de personnes, je n'hésite pas à m'aider du correcteur orthographique fourni par les traitements de texte ou les navigateurs Internet. Au passage, je constate avec plaisir que j'ai fait de gros progrès en maîtrise de la langue (mais aussi dans toutes les compétences du socle commun) depuis que je suis AVS : s'il est un point intéressant et opportun dans ce métier, c'est de pouvoir refaire sa scolarité avec un regard d'adulte ;-).
Maintenant, peut-être que les missions de Marina demandent d'abord des qualités humaines et un savoir faire avec les enfants que tout le monde n'a pas, plutôt que d'être parfaitement "clean" en orthographe, syntaxe etc. En cela je comprends parfaitement sa réaction.

Marina 27/10/2013 15:12

Bonjour oui oui ,
Je tenais a vous répondre suite a vos remarque déplacer .
A ce que je sache, je ne suis pas enseignante ok!
Ce n'est pas a moi d'apprendre les règles d'orthographe, de ponctuation et de grammaire aux enfants mais à l'enseignante .
Merci de vos critiques inutiles, vous avez même pas était capable de répondre a une question parmi toute celle que je me pose, je suis AVS depuis 2008 mon métier c'est pas vous qu'il allait me l'apprendre, j'ai comme mission d'être présenté pour chacun des enfants que je m'occupe et mon but et de les tendres autonome, chose que j'arrive a faire plus tôt bien d'où mon renouvellement de contrat chaque année.
Cordialement marina

oui oui 26/10/2013 23:57

bonsoir,
Déjà commencez par éviter de faire des fautes d'orthographes, de grammaire et n'oubliez pas la ponctuation car si vous-mêmes vous faites des erreurs, comment voulez-vous aider un enfant ? il faut être clean dans le milieu de l'éducation nationale !

Marina 03/10/2013 12:45

Bonjour
Je suis AVS depuis octobre 2008 je fais un contrat de 20h30 payer 635,99 euros

dom 23/08/2013 10:31

les AVS sont des pions et les enfants en pâtissent.
Je viens de finir mon contrat, 6 ans super, j'ai trouvé ma voie et je vais aller pointer au chômage.
Et pourtant sur ces 6 ans je me suis formée sur le tas, 2ans en CLISS et 5 enfants à plein temps ou mi temps selon les années ( changement d'école le midi en mangeant dans ma voiture).
Un des petits garçons a déjà eu trois AVS après moi, combien va t'il en voir passer d'ici la fin de son cursus scolaire?
Ce n'est facile ni pour les instit, ni pour les parents, ni pour les enfants, ni pour les AVS.
Une année je suis tombée sur une instit qui était violente verbalement et physiquement avec les enfants, j'ai été écarté des décisions et partiellement de la vie de la classe et remplacée avant même la fin de l'année, j'ai fini l'année comme personne supplémentaire, je surveillée le temps de repos 1h30 devant des dessins animés. Personne n'a voulu prendre en compte ce que je disais. L'année suivante j'avais un plein temps avec un enfant dans une autre école.
Mais malheureusement j'ai eu un accident sur mon lieu de travail avec cet enfant, 8 mois d'arrêt et de rééducation et peut être même une opération, mais personne n'a rien vu, même mon instit n'a pas voulu témoigner que je m'étais plainte juste après et qu'elle m'avait dit de partir rapidement le soir sans attendre l'arrivée des parents pour aller me faire soigner.
Les AVS on est rien et pourtant on change la vie de tout le monde, celle des instits, des enfants et des parents et ses gamins ils nous apportent beaucoup.
J'ai encore deux familles qui ont gardé le contact,

bon courage à tous

c selingue 04/08/2013 11:29

AVS également, de formation Bac+4, j' vous rejoins tout à fait, j'aimerais garder mon travail, mais comment ?

isabelle 08/08/2013 16:25

avs depuis trois ans expérience de vie dans le socio éducatif, titulaire d' une maîtrise en arts plastiques, je vais avoir 50ans et avisée par mail le 30 juin que pour le même nombre d'heures(actuellement 24 à 26 h pour 870e) notre salaire serait réduit d'environ 200e, transformé en smic horaire. L'ancien contrat correspondait à 75 % du smic mensuel et cette régularisation le réduira à 58%. Voilà la réponse donnée au rapport Komites? Quelle honte et quel mépris pour les enfants les parents et le personnel concernés! J'ai mis une pétition en ligne, pourriez vous la signer?Quoi faire d'autre?Merci

Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages