Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 21:18

Commentaires

Commentateurs des déclarations du ministre sur lemonde.fr, lefigaro.fr ou liberation.fr (allégorie)

 

 

  Il ne l'a pas dit fort (ni longtemps), mais il l'a dit (et écrit) : not'ministre a eu une idée géniale pour améliorer notre système scolaire. C'est tout bête : il suffit de supprimer deux semaines de grandes vacances et de mettre en place le rythme 7 semaines de cours + 2 semaines de congés le reste de l'année. Avec ça, nous allons rejoindre la Finlande1 et la Corée du Sud2 en tête des classements internationaux, c'est garanti !

  L'intérêt de la chose ? Mis à part mettre les salles des professeurs de très mauvaise humeur et provoquer sur le net quelques très belles poussées anti-fonction publique primales, j'avoue, je le cherche encore. Car les « rythmes scolaires », comme je l'ai déjà dit, c'est la plus grande imposture scientifique actuelle… et je vais le prouver.

 

 

 

Chronoastrologie


  On nous vend partout tout le temps le rythme idéal défendu par un quarteron de chronobiologistes, le fameux 7+2. Force déjà est de constater que cette chronobiologie-là ressemble davantage à un travail d'aruspice qu'à un travail de biologiste. C'est normal, remarquez, puisque ce ne sont pas des biologistes qui la pratiquent, mais des psychologues experts en rythmes circadiens et en cycles d'attention non démontrés. Et c'est là-dessus qu'on voudrait faire la révolution rythmique. Un peu comme si on suivait les conseils de Nostradamus pour faire revenir la croissance économique. Or vous l'aurez remarqué dans mes notes de bas de page : les pays situés au sommet des classements internationaux3 se préoccupent peu des rythmes idéaux. Pis : ils ont le mauvais goût de proposer à leurs élèves des fonctionnements à l'opposé l'un de l'autre : moins d'heures et pas de cours particulier en Finlande (dont l'étoile PISA commence à pâlir), beaucoup d'heures et des cours particuliers en sus en Corée !

  Rappelons également que la France s'en sortait mieux avec des journées un peu plus chargées qu'aujourd'hui, puisque ces temps-ci plus personne ne parvient sérieusement à dire que le niveau monte ou même qu'il stagne. Or le modèle français, c'était 27 heures de cours en primaire (et même 30 auparavant). On se plaint de l'enflure des emplois du temps des élèves (généralement en prenant toujours les mêmes exemples, à savoir des 3e ayant CHOISI deux options, ou des Terminales S ayant CHOISI Science de l'Ingénieur ET deux options), et on déroule le couplet sur les cadences infernales, les 35h TTC4, le « enseigner moins pour enseigner mieux », la « tête bien faite » VS la « tête bien pleine », et évidemment… l'intérêt de l'enfant. Bref : on déforme le réel pour le faire coller à ses mantras.      

 

 

 

Chronoabsurdologie


  Mais non seulement le produit qu'on veut nous refiler ne lave pas plus blanc que blanc, mais il se trouve qu'on n'est même pas sûr qu'il puisse être fabriqué. Faites le calcul : il faut enchaîner des séquences de 9 semaines (7 de cours + 2 de congés) et mettre 6 semaines de grandes vacances à un moment, avec 7 semaines de cours avant. Il y a 52 semaines dans l'année. 9x4 séquences = 36 semaines, 36+7+6 = 49. Tiens, j'ai trois semaines qui me restent sur les bras. Sauf que là, avec ce schéma, on n'aurait que 35 semaines de cours (5 périodes de 7 semaines). Or si l'on veut raccourcir les grandes vacances, c'est pour arriver à 38 semaines de cours (on en a 36 actuellement). Essayez de diviser 38 par 7 et d'obtenir un chiffre rond si vous le pouvez. Moi, j'ai tenté, et, en base 10, c'est impossible.

  Pour résumer, si l'on fait la somme de tout ce qu'il faudrait faire, on en arrive à ne rien pouvoir faire, car ça ne rentre pas dans le cadre de l'année. Et je ne parle pas du fait que pour respecter les mêmes rythmes partout alors qu'on zone les vacances, il faudrait… zoner les vacances de Noël ! Et installer la climatisation dans de nombreuses salles de classe de France et de Navarre, car des cours le 12 juillet ou le 17 août, ça promet des pics d'attention phénoménaux, sans aucun doute proportionnels au taux de sudation de chacun !    

 

 

 

Chronomédiamétrie


  En définitive, not'ministre semble tenir à cette idée des rythmes scolaires puisqu'il axe sa communication là-dessus, en accord d'ailleurs avec ce que notre système compte de plus délirant question « vision de l'école de demain ». J'avoue ne pas parvenir à le comprendre. La réforme de la semaine de 4,5 jours dans le premier degré, où l'on ne remet pas les heures perdues mais où l'on force juste les gens à venir plus souvent, est déjà un casse-tête sans nom, et a pour le moins provoqué de sacrés remous. Quelle idée de remettre ce projet de raccourcissement des grandes vacances sur le tapis alors que d'une part il est hautement explosif (notamment dans un électorat traditionnel du PS), que d'autre part il est pédagogiquement insignifiant, et que d'une troisième part5, il empêche que l'on évoque les chantiers réllement à l'œuvre actuellement. Au moment où j'écris, nous sommes en train de discuter très concrètement au ministère de l'éducation prioritaire, d'une rénovation du collège et d'un plan de lutte contre le décrochage scolaire. Je ne sais pas s'il sortira de tout ça quelque chose de bien. Mais en attendant on y travaille, pas comme sur ce raccourcissement des grandes vacances peut-être éventuellement mais c'est pas sûr mis sur le tapis6 en 2015.

  Parlons donc de ce qu'on fait, ne nous laissons pas avoir par les journalistes dont c'est le boulot de faire le buzz à partir de trois mots qui nous échappent, et ne créons pas des tensions supplémentaires sur du vent. Les tensions existantes sont bien suffisantes pour nous occuper jusqu'aux prochaines présidentielles, croyez-m'en !

 

 


1. Où l'on a près de deux mois et demi de grandes vacances…

 

2. Dont le rythme est plutôt 18 semaines de cours + 5 semaines de vacances…  

 

3. Eux-mêmes sujets à caution, faut-il le rappeler

 

4. Tous Travaux Compris. C'est une formule de la FCPE. Créatif, hein ?

 

5. Oui, je sais, ça ne veut pas dire grand chose…

 

6. Mais plus probablement mis SOUS le tapis…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A.T 26/02/2013 18:36

Comment la chronoimposture explique-t-elle et résout-elle le problème fréquent d'une famille de 2 enfants dont l'un se lève tôt et l'autre doit être réveillé ?

Modulo 26/02/2013 17:59

Merci Celeborn et Claribelle pour cet argument arithmétique.

Je propose, pour pallier le problème des trois semaines manquantes, de tout simplement les repartir en vacances supplémentaires pour Noël (bien nécessaire, j'espère que tout le monde en
conviendra), et sur les deux vacances suivantes. Des pauses de trois semaines, sympa non ? *dream*

Considération mathématique à part, cette proposition semble en l'état vraiment tout bonnement inapplicable (ou alors, les chefs d'établissement et pas mal de monde au rectorat risquent de ne plus
avoir de grandes vacances).

Celeborn 26/02/2013 11:25

Merci, Claribelle ! J'ai corrigé le calcul : les conclusions ne changent évidemment pas d'un pouce.

Claribelle 26/02/2013 10:57

A propos de vos calculs: attention aux arbres et aux intervalles (souvenir de primaire !). Il ne faut pas faire le calcul simplement avec un multiple de 9 (7+2) + 6 semaines sinon les grandes
vacances feront 2+6 = 8 semaines.

Mais de toutes façons, ça ne tombe pas juste:
52 s - 6 en été = 46 s
46 s - 7 (intervalle avant été) = 39
39 s / 9 (7+2) = 4 et il reste encore 3 semaines
J'en conclus que le ministre ne sait pas compter (ce n'est pas nouveau, ses prédécesseurs ne faisaient pas mieux).

Donc s'il veut faire une "vraie" alternance 7/2 il faut prévoir 9 semaines de vacances l'été (sans oublier le ou les jours à rajouter tous les ans, puisque 52x7=364). Au fait, 9 semaines, ce n'est
pas déjà ce qu'on a ?

Enfin si Peillon veut faire une vraie alternance 7/2 pour toutes les zones, il doit prévoir autant de zones en été que pour les petites vacances sinon ça ne va pas marcher non plus ! J'en conclus
que le ministre est fâché aussi avec la logique.

Artemp 26/02/2013 03:55

Au risque de créer une polémique de plus, Celeborn, j'ai trouvé l'argument ultime qui va dans votre sens : ce n'est même plus la peine de nous poser la question de savoir s'il faut ou non changer
les rythmes scolaires. En effet, nous savons maintenant avec une certitude absolue que cette réforme est néfaste, puisque Martine Aubry est absolument pour. C'est vous dire si c'est dangereux...

Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages