Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 17:00

Trelawney

 PISA, dis-moi qui a le meilleur système éducatif ! 

 

  Ça y est : ils sont arrivés, et déjà vous en entendez parler partout : les résultats du dernier PISA1 sont là. Ils vont pouvoir être glosés, débattus, analysés, récupérés ; ils vont servir à affirmer tout et son contraire ; on n'y verra au final que ce que l'on veut bien y voir. Le Café Pédagigique, par exemple, n'a pu se retenir longtemps, et déborde de la tasse, nous éclaboussant au passage des 10 commandements de l'OCDE2 :

 

 

- Il faut croire dans l'éducabilité de tous les élèves. Les études PISA montrent qu'on a pas à choisir entre la performance et l'équité du système éducatif. Les pays qui ont les meilleurs résultats sont ceux  qui ont le plus d'élites et où l'écart entre les faibles et les forts est le plus faible. La Finlande3 en est un exemple. Par conséquent l'OCDE est pour l'école unique et le collège unique.

 

  Admirez ce « par conséquent » judicieusement placé. Rien ne le démontre (au contraire, la situation en France aurait plutôt tendance à l'infirmer), mais ce n'est pas grave, on va le dire quand même.



- La société doit reconnaître un statut favorable aux enseignants et aux élèves. Ils doivent être reconnus.

 

  Voilà un conseil qui ne mange pas de pain.

 


- Il faut fixer des directives claires aux écoles, valables pour tout le territoire. Elles doivent indiquer les connaissances à connaître mais aussi les valeurs à transmettre et les attitudes à acquérir. L'OCDE insiste sur l'efficacité de la discipline.

 

  Vous l'avez reconnu ? Non ? Mais si ! C'est le socle commun ! 



- Il faut donner aux enseignants une formation académique de haut niveau mais aussi une formation pratique. Sur ce point la France est fautive estime B. Hugonnier. Il faut les former "tout au long de la vie" et une évaluation régulière des enseignants.

 

  Quand on voir le recrutement des professeurs des écoles, la France est également fautive sur le point A. Et comme elle est également fautive sur le point B, qu'elle propose une formation (ah ! les IUFM…) ou non (le « démerde-toi tout seul » actuel), on est mal barré !

 

 

 

  Bon, on ne va pas tous vous les faire ; d'ailleurs vous pouvez très bien imaginer les autres points : autonomie des établissement, rôle du chef d'établissement, les redoublements c'est pas bien, etc.

 

  Plus amusant, ces résultats seraient liés aux « réformes Darcos », nous dit le jus de chaussette. Problème : Darcos n'a réformé que le primaire, et les élèves qui ont connu ces réformes n'ont pas encore l'âge de 15 ans, qui est celui auquel on passe le test PISA. Autrement dit : le pauvre Xavier n'y est pour rien, cette année.

  Philippe Meirieu, lui, va plus loin : c'est la faute de Jules Ferry ! Effectivement, si les inégalités entre les meilleurs et les moins bons augmentent ces 30 dernières années, c'est probablement à cause de l'ami Jules. Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre. 

 

 

 Alors pour ceux qui veulent aller au-delà et qui disposent de neurones en bon état de fonctionnement, je vous renvoie aux deux excellents articles de Nathalie Bulle4 sur le sujet : c'est ici et . Pour ceux qui ont la flemme, je résume rapidement :

 

  • Grosso modo, les tests PISA évaluent le potentiel académique.

 

  • Les chiffres bruts en eux-mêmes n'ont aucun intérêt, car ils ne tiennent pas compte des disparités socio-culturelles, ni de la quantité et de la nature de l'immigration dans un pays. En effet, on ne peut évaluer l'efficacité des systèmes éducatifs sans tenir compte des situations de départ, qui sont hétérogènes.

 

  • Si l'on tient compte de cette variable, soudain, le système nordique est nettement moins motivant.

 

  • Le « modèle finlandais » n'est pas exportable tel quel : en revanche, ce qui l'est, c'est sa gestion des élèves en difficultés, qui suppose un encadrement bien + important. Bref : tout ce qu'on ne fait pas en France, car ça coûte de l'argent.

 

  • La pédagogie différenciée au sein de la classe, c'est peut-être pas si efficace que ça.

 

  • Ce n'est pas parce que vous avez un bon PISA que vous allez réussir vos études : savoir faire vos comptes (littératie = maths du quotidien), ça n'a pas grand chose à voir avec la conceptualisation des mathématiques et de leurs mécanismes.

 

  En conclusion, nous avons un système très correct, et même de qualité, que nous nous sommes évertués à démolir, tant sur le plan du qualitatif que du quantitatif. C'est déjà suffisamment déprimant comme cela pour ne pas avoir à supporter que ceux-là mêmes qui ont participé à cette grande catastrophe pérorent encore et nous affirment qu'on ne les a pas assez écoutés, et que si on continue dans la même voie, on se prépare des lendemains qui chantent. 


  L'avantage avec le crû de cette année, c'est que les pays/régions est-asiatiques dominent le classement d'une façon tellement outrageuse que ça va être un vrai numéro d'équilibriste que d'affirmer qu'un bon système scolaire est un système où l'on a supprimé la méchante notion de compétition. Parce que Shangaï, la Corée du Sud, Hong-Kong, Singapour et le Japon, question compétition, ça se pose là. 

 

 

Edit : il est évidemment vivement conseillé de lire l'article écrit par JPB sur le blog Bonnet d'âne : c'est ici, et c'est sans supplément de prix ! 


 


1. Programme for International Student Assessment. En VF : « Programme international pour le suivi des acquis des élèves ».

 

2. Organisation de Coopération et de Développement Economiques. SI vous ne voyez pas le rapport avec les systèmes d'enseignement, eh bien vous devriez, car les compétences, c'est l'OCDE. De manière générale,, toute réforme qui nous arrive dessus en étant passée par l'Europe, c'est l'OCDE. On a asservi l'enseignement à l'économie, ça y est. Et maintenant, on organise des tests pour rectifier les comportements des pays récalcitrants. Pas sûr que l'élève y gagne, à l'arrivée…

 

3. Un article sur PISA qui ne citerait pas la Finlande, ça n'existe pas.

 

4. Nathalie Bulle est chercheuse (pardon… chercheurE) au CNRS, docteur, et habilitée à diriger les recherches. Bref : une scientifique, une vraie. Ça nous change.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blandine 09/12/2010 23:44


Suis-je utopiste d'estimer qu'l en reste un qui assumera les reproches ?


Patrice 09/12/2010 21:44


Blandine :


Vous êtes sûre qu'il y a un pilote dans l'avion ?


Blandine 09/12/2010 21:02


Patrice :

Bah il faut bien quelqu'un sur le pont, tout de même... Non ?


Patrice 09/12/2010 13:04


"En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables." (Clemenceau, inépuisable...)
Darcos a un tort considérable (de lapin), il est LE précédent.
Chatel commet une imprudence en restant...

Patrice, tordu d'inventaire


Blandine 09/12/2010 01:25


Donc si je résume : creusons plus profond, ion trouvera bien du pétrole ?

... Dites, quand-est-ce que vous vous déciderez à les camisoler, ces gens ? C'est pas que, mais après un certain quota de connerie, il faut se calmer...


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages