Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 23:33

DisneyQueenHearts

 

 

  Je n'aime plus le cinéma de Tim Burton depuis fort longtemps. Mais là, je dois dire que, ce soir, j'ai particulièrement souffert.

 

  Vous l'aurez sûrement remarqué, chers lecteurs (et vous aussi, adorables lectrices), je suis un carrollien dans l'âme, du bandeau du blog jusqu'à la citation écrite tout en bas et que personne n'a jamais lue car franchement, pour la voir, il faut être très fort ! Mon carrollisme est même allé jusqu'à la lecture du traité de logique de l'ami Lewis, délice absolu de rigueur pure mélangé à une touche de nonsense irrésistible. Mes élèves n'ont pas encore voyagé de l'autre côté du miroir avec leur professeur car je n'ai pour le moment osé franchir le pas d'étudier Alice en 6e, mais je pense que cela m'arrivera un jour.

 

« Joyeux non-anniversaire, m'sieur ! » 

Merci, Philinte ! Pour vous remercier, à défaut de roses, j'ai peint votre copie en rouge !

 

  Et pour illustrer l'étude, peut-être me laisserai-je tenter par un petit extrait de l'excellent dessin animé de l'ami Walt. Mais une chose est sûre : je ne leur montrerai jamais l'horreur qu'a commise Tim Burton.

 

  J'y ai cru dix minutes. Et puis nous sommes arrivés au pays des merveilles, et là, patatras. Lunettes 3D sur le pif, je n'ai pu qu'assister, impuissant, à la démolition d'un mythe à grands coups d'images de synthèse moches, d'esthétique toc et de cabotinages inupportables de l'horripilant Jonnhy Depp. Le tout enrobé dans une gangue étouffante de bons sentiments niaiseux, de phrases philosophico-mon-cucul du genre "c'est moi qui décide du chemin que je suis" et de symboliques légères de deux tonnes (la chenille qui devient papillon en parallèle de l'héroïne qui devient une femme, au secours ! n'en jetez plus !). Au milieu de toute cette bouillie, c'est à peine si Helena Bonham Carter nous réveille en voisant ses « off with his head ! » 

 

  Et surtout, Burton a commis le péché suprême, impardonnable : il a introduit le manichéisme grossier d'une héroïc-fantasy de bas étage dans l'univers délicieusement absurde créé par l'overdose de logique de Lewis Carroll. Le poème-comptine du Jabberwocky devient scénario, et le résultat est une catastrophe en trois dimensions (on se demande bien d'ailleurs pourquoi le film est visible en 3D... cet aspect technique n'est absolument pas exploité et n'apporte vraiment rien de rien).

 

  Pourtant, un instant, on se prend à imaginer ce que ça aurait pu être. Fhlashback Analepse éphémère : Alice revoit son passé, son pays des merveilles originel, et mon Dieu qu'on a envie d'y rester tellement ça a l'air bien ! Hélas... on revient bien vite dans le présent, avec ses monstres, ses épées magiques, ses batailles pseudo-épiques et ses tics burtonniens : vieux moulin à vent carbonisé, branches tordues et spiralées... même la tête du chat du Cheshire qui apparaît dans le ciel fait furieusement penser au bat-signal, c'est dire.

 

  Bref : (re)lisez le livre, (re)voyez le dessin animé, et vous aussi, exigez que la reine rouge demande à ce qu'on coupe la tête de Tim.   

    

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BenJ 22/04/2011 02:34


Bonjour, vu que vous avez l'air de vous y connaitre sur l'univers d'Alice et de son auteur, je me demandais si vous ne connetriez pas des ouvrages / analyses qui apportent une etude approfondie de
son oeuvre, (ou de l interpretation de disney :D) notamment ce qui m interesserais concernerai la vision de la justice par la reine rouge. Il me semble que j'avais commencé à lire un semblant de
debut de quelque chose à ce sujet sur internet de fort interessant (pour moi en tout cas) mais cela n'allait pas suffisament en profondeur par rapport a la richesse qu il semble pouvoir etre
apporté


Amélie 22/01/2011 10:18


Bonjour,
J'ai découvert votre blog par hasard moi aussi et je dois dire qu'il reflète bien la réalité!!
J'étudie Alice avec mes 6è depuis 2 ans maintenant et ils adorent!Ils arrivent même à saisir le jeu avec la logique..Je leur passe la version Walt comme comparaison... N'hésitez plus et faites-le
en classe!;)


Celeborn 09/12/2010 06:33


Ne vous excusez pas, Laurence ! Soyez la bienvenue, au contraire !


Laurence 09/12/2010 00:58


Bonsoir,

Excusez-moi, j'ai découvert votre blog par hasard et je le lis avec plaisir. J'ai étudié "Alice au pays des merveilles" en cours de français. J'étais en 6ème et c'était en 1987!
Cordialement,


Patrice 13/04/2010 21:44


Pas vu... et verrai pas - je vous* fais confiance sur ce coup-là.
Fassent les fées que le Timbré ne s'attaque pas maintenant à mon Neverland !

Patrice (qui "était un boojum, finalement")

*C'est un duel ...


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages