Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 13:59

caterpillar-4 

 

Vision d'ensemble de mon univers : Claire Mazeron, Autopsie du Mammouth

  Cécile Revéret nous présentait une expérience individuelle pouvant nourrir des réfexions d'ensemble. La perspective de Claire Mazeron, vice-présidente du SNALC (syndicat auquel l'auteur de ces ligne a adhéré), est différente. Claire Mazeron appartient au sérail. Elle connaît le ministère, la hiérarchie, les rouages, les arcanes. Elle nous propose donc une vision large, souvent polémique, souvent politique. Amateur de témoignages individuels, passez votre chemin : ce livre est un livre où l'on sort de la salle de classe pour musarder dans les couloirs du MEN (c'est le petit nom de mon ministère), farfouiller dans les circulaires, examiner à la loupe le système de mutation, expliquer le syndicalisme (ou plutôt LES syndicalismes, puisque nos syndicats sont nombreux, divers, et présetent parfois des divergences d'opinion ou d'idéologie qui feraient passer le schisme de 1054 pour une manifestation charmante d'un beau et grand syncrétisme religieux). Bref ! attention les yeux : il y aura des lois, des chiffres, des batailles d'idées. On y parlera du niveau, du bac, du pédagogisme, de la FCPE, des réformes, des IUFM, des réformes des IUFM. Rien n'y sera oublié.

  Et c'est une des raisons pour lesquelles je conseille ce livre, et en premier lieu à ceux qui ne sont pas professeurs. Il présente une vue d'ensemble très complète et très claire à la fois. On pourra discuter du ton souvent ironique et grinçant de l'auteur...

«M'sieur ! M'sieur ! Faut pas écrire "auteure"?»
Covielle, pour la semaine prochaine, vous m'apprendrez par cœur la liste des sous-compétences du socle commun !


... mais difficilement remettre en cause la vison globale qu'elle nous propose de ce "tout petit monde". Et les exemples choisis sont bien choisis, et dressent un état des lieux qui n'a pas de quoi réjouir. Petite tranche de Mammouth, à propos des évaluations nationales en CM2 (année 2009) :

« Problème : « une directrice d'école achète 12 dictionnaires, pour un montant total de 186 euros. Combien coûte un seul de ces dictionnaires ? » Dur, dur... Fort heureusement, la consigne de correction destinée au maître précise que la réponse de l'élève sera validée si la division a été correctement posée ou si « une autre démarche recevable a été mise en œuvre». Vous aviez déjà, pour résoudre cet exercice ô combien complexe, divisé le montant total de la facture par le nombre de dictionnaires ? Sombre brute que vous êtes ! Comme il y a peu de chances que les loupiots actuels de CM2 aient appris la division de manière systématique, l'administration, dans sa grande mansuétude, a tout prévu : Kevin est officiellement autorisé à passer dix minutes à retrancher laboreusement, quinze fois et demie 12 du total de 186. À côté du résultat final attendu, il dispose à cet effet d'un large quart de page, histoire de noircir le papier des multiples opérations intermédiaires nécessaires. »

  ... et je ne vous parle pas de la dictée :  certains des lecteurs de ce blog en feraient des cauchemars !

 

  Mais ce qui distingue le livre de Claire Mazeron d'un simple charge contre le délire ambiant, c'est qu'il contient des proositions. Des vraies propositions, simples, claires, listées tranquillement à la fin du livre, sur lesquelles on pourra discuter bien entendu mais dont certaines ressemblent tellement à l'expression de ce bon sens qui devrait être la chose du monde la mieux partagée qu'on se demande bien pourquoi on s'est échiné à faire plus compliqué et moins efficace. J'invite tout le monde à les consulter.

 

 Alors n'hésitez pas : lisez Autopsie du Mammouth. Au moins, vous comprendrez quelque chose aux grèves, à la communication du ministère, au positionnement du responsable syndical qui parle dans le micro sur votre écran de télé. Vous comprendrez pourquoi ça ne marche pas bien, l'éducation nationale, et comment ça pourrait marcher tellement mieux. Vous verrez que non, prof, ce n'est pas juste plein de vacances, un emploi du temps trop bien et la fabuleuse sécurité de l'emploi. Prof, c'est aussi des larmes (par exemple suite aux réjouissantes mutations dans l'académie de Créteil), de la fatigue (à vous les joies d'enseigner la citoyenneté et le développeent durable à des élèves qui, pour beaucoup, ne savent pas placer le Rhône), parfois du sang (pardon ! je voulais dire des "incivilités" !), et donc, au final, de la colère. Un bon coup de gueule éclairé, voilà ce qu'est ce livre. 

Et pour ceux qui cherchent d'autre avis sur le livre, ruez-vous sur le forum néoprofs et sur le blog Bonnet d'âne !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anna 20/12/2010 17:30


Encore une fois merci pour cette critique. Déjà le 3ème livre que vous me donnez envie d'acheter sur le sujet, je sens que d'ici quelques années j'aurai la même bibliothèque que mes parents !


Patrice 03/03/2010 22:48


Ca y est je le tiens : pas trace de péjoration ni la queue d'un Platon (mais quelle orthographe mon lapin hinhin !)
" On nous apprent à vivre, quand la vie est passée. Cent escoliers ont pris la verolle avant que d'estre arrivez à leur leçon d'Aristote de la temperance. Cicero disoit, que quand il vivroit la vie
de deux hommes, il ne prendroit pas le loisir d'estudier les Poëtes Lyriques. Et je trouve ces ergotistes plus tristement encores inutiles. Nostre enfant est bien plus pressé : il ne doit au
paidagogisme que les premiers quinze ou seize ans de sa vie : le demeurant est deu à l'action. Employons un temps si court aux instructions necessaires. Ce sont abus, ostez toutes ces subtilitez
espineuses de la Dialectique, dequoy nostre vie ne se peut amender, prenez les simples discours de la philosophie, sçachez les choisir et traitter à point, ils sont plus aisez à concevoir qu'un
conte de Boccace. Un enfant en est capable au partir de la nourrisse, beaucoup mieux que d'apprendre à lire ou escrire. La philosophie a des discours pour la naissance des hommes, comme pour la
decrepitude. "
Le coup de la "verolle" est digne de Maître Alcofribas ;)


Patrice 03/03/2010 21:25


Sur "pédagogisme" (vs pédagogie), on peut consulter ce bon vieux Philou :

http://www.meirieu.com/COURS/pedagogisme.htm

mais je bute sur l'"attribution" (?) à Montaigne...


Diane 01/03/2010 12:57


J'ai ete dans une maternelle un peu hardcore, on faisait des divisions en grande section (et on apprenait a lire en moyenne section). Le programme de primiare etait super facile apres ca.


Celeborn 01/03/2010 11:40


Pour Mimi, je ne sais point : je n'ai pas Les Essais sous la main, dans la bonne édition et à la bonne page. La phrase de Geogeo commançant par "comme j'ai horreur de tout ce qui ressemble au
pédagogisme...", on imagine plus facilement des brassées d'épines que des brassées de fleurs. Eddy Goncourt est dans la même veine, si cela vous intéresse.


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages