Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 20:59

zodiaque

Été 2004 : un grand moment, une grande année !

 

 

Dans les épisodes précédents : René, sous antidépresseurs, a failli aux objectifs fixés par le stagiaire, Sylvain, dont personne ne sait qu’il en est à l’origine. Pour se faire pardonner, il accepte de participer à un projet visant à améliorer sa performance et atteindre le 6σ. La bataille des spécifications commence.

 

 

Le Souffle de l'entreprise

Une saga de Josée Dayan, avec Pierre Arditi (René), Laurence Boccolini (Cindy), Lorànt Deutsch (Sylvain), Romain Duris (Stéphane). Musique du générique : André Manoukian.

 

Épisode 3 : René sur orbite

 

  Grand moment de la vie de consultant après les processus, la gestion de projet est au consultant ce que Star Wars est cinéma : à peu près tout1. Hérité du fonctionnement du projet Apollo2, la gestion de projet se résume à pleins de responsabilités dans tous les sens, ponctuées par des livrables aussi précis et fiables que l’avenir de la Grèce… et ne se résume donc pas ! En bon consultant, je vous propose tout de même — parce que je suis sympa — le schéma suivant pour comprendre : LE CYCLE EN V !

L6s1

 

  Analysons donc : le premier bras avant la réalisation représente la conception tandis que le deuxième bras représente les tests après réalisation. Un premier acteur, le métier, fait « son expression de besoin métier » (parce que « Cahier des charges » ça fait ringard) : « Je veux quelque chose que fait ceci ou cela ». Les consultants le traduisent ensuite aux développeurs : « Le monsieur veut un système informatique comme ça » qui eux-mêmes se le traduisent pour dire ce qu’ils vont faire : « Ok ! on va faire ça alors ». Après réalisation, chacun réalise ses tests pour valider.

  Mais attention cher lecteur, car de même qu’il existe des Black Belts du lean six sigma que nous avons eu au précédent épisode, il existe aussi des Black Belts des « méthodes agiles » où tout le monde fait un peu de tout la main dans la main. Pour faire court, j’en pense à peu près la même chose qu’une méthode où un élève s’auto-évaluerait pendant que les professeurs auraient à apprendre d’eux mais c’est une longue histoire et toute ressemblance avec un sujet traité 15 fois sur ce blog serait bien évidemment fortuite !

 

Générique : « Dans les couloirs, dans les bureaux / Parfois il ne fait pas très beau / L'open space vit une dépression / L'orage gronde à la réception / Sens-tu ce parfum, cette brise ? / C'est le souffle de l'entreprise./ Et s'il t'emporte loin d'ici / Tu s'ras à Pôle Emploi mardi. »

 

 

  René se réveille. Comme beaucoup d’autres, il est en réunion et n’a pas vu le temps passer. Autour de lui, une guerre sévit. Alors que Cindy tente de savoir si Sylvain a une petite amie dans sa faculté, les consultants se déchirent sur l’ordre du jour. Steven, Green Belt des méthodes agiles, ne comprend pas comment, au XXIème siècle, on en est encore à utiliser des méthodes de projet datant du projet Apollo. Mike, son supérieur, lui dit que c’est à cause de gauchistes comme lui que la France est endettée. Le débat n’en finit plus. Steven claque la porte et quitte la réunion. Mike demande alors à René, pour clôturer la réunion, de formaliser son expression de besoin dans les plus brefs délais, sans quoi le projet « glissera » et prendra du retard, ce qui rendra René encore moins performant.

  René suggère toutefois d’y impliquer Sophie et Stéphane, deux autres employés du service livraison. En effet, le point de vue de Steven comme quoi tout le monde — même ceux qui n’ont rien à voir — doit participer au projet le séduit. Mike abonde dans son sens : René étant le client, il faut parfois lui donner ses petites victoires pour le motiver. René sort, bien décidé à faire son expression de besoin comme il faut.

  L’initiative aurait pu être bonne si Cindy n’avait pas d’autres projets pour René. Ayant couché avec Stéphane, elle dispose d’un levier de négociation sur lui : il fera donc tout pour saboter le projet de René. Stéphane, loin d’être bête, propose donc la méthode agile suivante : René fera l’expression de besoin. Lui et Sophie réaliseront les tests métier, pour bien s’assurer que René n’a rien oublié. René accepte et se débarrasse de son expression de besoin parce que c’est pas le tout, mais il doit quand même bosser. Et gare à lui si on s’aperçoit qu’il se sert du projet pour dire qu’il n’a plus le temps de faire son travail au quotidien et plomber une fois de plus les résultats !

  René vient sans le savoir de commettre une terrible erreur ! En effet, tout ce qui n’est pas spécifié et détecté pendant les tests métier sera considéré comme une évolution et facturé à l’entreprise qui verra alors les coûts du projet exploser. Au moment où il s’en rend compte, tout est déjà terminé, la machine du cycle en V est déclenchée :

L6s2

 

  Une fois de plus, c’est un échec : Stéphane et Sophie ne comprennent pas comment tester l’outil d’un métier qui n’est pas le leur. Les plannings glissent, les coûts explosent : tout est foutu. Il faut donc trouver des coupables. Mais qui ? Forcément pas Cindy puisque c’est elle qui paye les consultants. Sylvain est la cible idéale désignée par René. Malheureusement, c’est l’heure du coming out : Sylvain est le père de l’enfant de Rachida Dati. René est blême. Alors qu’il se tourne vers Stéphane, ancien consultant, il se fait piéger par celui qui connait mieux les rouages que lui : « Nous avons fait tout ce que nous avons pu avec Sophie. Cependant, nous n’avons pas participé aux phases amont du projet qui nous auraient permis de challenger les points durs des processus et les anomalies de spécifications qui auraient évité tous les développements spécifiques ». Echec et mat. René n’a rien compris3, mais il sait qu’il est cuit.

  Mike propose alors un plan d’action : si le précédent a foiré, c’est que le métier ne s’est pas assez impliqué dedans, ce qui dénote un problème de conduite du changement. Les Hommes et parties prenantes n’ont pas compris le projet et ne se le sont pas assez approprié. C’est donc la méthodologie du «  change management » qu’il va falloir appliquer.

  Moralité de l’histoire : nous ne terminerons pas cet épisode par la morale des animaux malades de la peste, mais la prochaine fois, René prendra garde à être plus ami avec Stéphane et Sylvain, même s’il n’a pas les atouts de Cindy !

 

La méthodologie de change management sonnera-t-elle le glas de René ? Stéphane arrivera-t-il par son kung fu mental à déjouer les plans de la maléfique Cindy ? Steven prépare-t-il un coup ? Suite au prochain épisode…

 

 


1. Cette opinion n'engage évidemment que l'auteur de l'article, et pas du tout le propriétaire du blog.


 2. D'où le titre habile de l'épisode ! 

 

3. Il n'est pas le seul ! 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

fresh install of windows 18/11/2014 09:07

The casting of the series Breath of the Company is really great. Each character suits to the situation and they all have performed well. I am waiting to see the latest episode of the Breath of the Company series.

Patrice 26/08/2011 23:42


Pour une rentrée, c'est une rentrée !


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages