Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 21:58

j-accuse-aurore

 

 

(Lettre ouverte1)


  Cher formateur au C2i2e2 de l'université de Cergy-Pontoise,

 

  C'est avec une émotion non dissimulée que j'écris cette lettre : ah ! l'IUFM de Cergy, toute ma jeunesse ! Je me rappelle avoir débattu en tes murs pendant 1h30 au sujet du fait d'avoir puni les élèves qui n'avaient pas leur livre lors d'un de tes ateliers d'analyses de pratique (ça n'analysa pas beaucoup, mais ça s'en envoya plein la figure). Remontent à ma mémoire ces photocopies d'un livre de sciences de l'éducation au sujet d'expériences menées sur des rats pour déterminer quelle était la meilleure façon d'enseigner aux petits d'hommes. Je n'ose évoquer ton absence totale de cours sur la grammaire à destination du stagiaire-lycée que j'étais, et qui fut évidemment affecté en collège dès la rentrée suivante. Et tes fascinantes fiches didactiques de séances ! Et tes munificents jeux de rôle où nous nous retrouvions à faire les élèves ! Et tes immarcescibles bilans de stages d'observation-alors-chacun-raconte-ce-qu'il-a-vu-avec-un-peu-de-bol-ça-nous-prendra-1h30… Que de souvenirs, cher formateur, que de souvenirs !  

 

  Un souvenir qui me manque néanmoins, cher formateur, c'est celui de ma formation informatique. Comme je savais à peu près tout faire de ce qu'on me proposait sur un questionnaire, je n'avais qu'une seule journée à y consacrer, en fin d'année, annulée. Mais grâce à nos belles et bonnes réformes et à l'instauration du C2i2e, je vois que le problème a été solutionné résolu, et que désormais les ouailles qui s'ébattent dans tes couloirs aseptisés et pastels sont entre de bonnes mains, les tiennes. 

 

  Voici donc ce que tu leur demandes pour la validation dudit bidule3

 

  Vous organisez une visite au Musée d'Art Moderne avec des classes d’un même niveau (que vous choisirez et indiquerez). Cette visite sera suivie d’un travail de recherche documentaire sur les œuvres rencontrées. Il s’agit principalement d’effectuer une recherche de documents sur le web. Dans le cadre de ce travail, les élèves doivent choisir 3 œuvres qu'ils ont remarquées, et réaliser un document comportant des photos et un texte explicatif pour chaque œuvre. Cette activité sera réalisée par groupes de 2 ou 3 élèves. Chaque groupe a accès à un ordinateur connecté à internet, une imprimante et un vidéo projecteur.

 

  Dans ce qui suit, nous précisons les étapes à suivre afin de réaliser chacune des 3 parties de ce travail. Chaque partie vous permettra de valider plusieurs compétences du C2I2E. Vous présenterez un seul document pour chaque partie.

 

PARTIE 1 : Validation des compétences : A1.5 – A2.2 - A2.34

 

  Je coupe un peu les activités « lie(r) Arts et Tice5 »  ou encore « créer une veille sur un sujet qui vous paraît pertinent » pour en arriver au point qui me passionne : 

 

Activité 3 (compétences A2.3)

[…]

Inscrivez-vous aussi dans un forum lié à la thématique et participez aux discussions.

Vous présenterez un document dans lequel

[…]

 

- vous rédigerez une critique du forum de discussion auquel vous avez participé, accompagné de copies d’écran montrant votre contribution. Vous donnerez des éléments d’évaluation positifs et négatifs. Vous mettrez en avant dans votre présentation, à partir de 3 exemples (copie d’écran), l’intérêt pédagogique et professionnel de participer à un forum de discussion entre enseignants. (J’ai obtenu une réponse par un expert, j’ai obtenu une réponse précise à mon sujet, j’ai acquis une nouvelle compétence, autre critère de votre choix)

 

  Cher formateur, tu t'es ici surpassé. Voilà-t'y-pas qu'une bonne dizaine de tes sympathiques recrues débarquent donc sur mon forum habituel, pleines de questions sur l'art moderne et l'informatique, le Bon, la Brute et le Truand la Biologie, les Arts et les Tice, Kandinsky&B2i6, Miró&Vidéo, Tice&Matisse… Le tout pour obtenir des conseils de personnes expérimentées, prendre des photos du lieu (y compris des parties réservées aux membres inscrits, merci pour la nétiquette) et en plus critiquer les professeurs « experts » qui auront (ou non) apporté leur aide bénévolement.  

 

  Cher formateur, je ne sais pas si tu l'as, toi, ton C2i2e, mais en tous les cas tu le mérites, et si l'on m'en donnait le pouvoir, je t'en gratifierais bien volontiers. Quelle bonne idée que de faire travailler ces futurs enseignants sur une visite virtuelle d'un musée virtuel avec des élèves virtuels de classes virtuelles d'un niveau virtuel pour réaliser une séance de recherche virtuelle dans une salle informatique virtuelle7 : voilà qui nous formera bien les professeurs pas virtuels de demain ! Mais comme ce travail virtuel t'aurait demandé une préparation réelle, pourquoi effectivement ne pas t'en décharger sur d'honnêtes forumeurs bénévoles qui feront le boulot à ta place, gratuitement, et le tout en étant remerciés à grands coups de critiques, car on ne le dira jamais assez : il faut bien mettre dans la tête des formés que leurs aînés, s'ils sont experts, sont aussi des gens dont il convient de dire du mal pour bien faire voir par contraste que la formation subie reçue est quand même d'une tout autre envergure, avec son beau référentiel de compétences numérotées.

 

  Cher formateur, je te prie donc de bien vouloir me contacter par l'intermédiaire de ce blog, afin que je te communique les références de mon compte Paypal. Tu pourras ainsi y virer ton traitement du mois de février, puisque je suis supposé, avec mes petits camarades, faire le travail qui normalement t'incombe. Compte sur moi pour répartir avec équité la somme ainsi versée entre les différents membres du forum. 

 

  Je te prie d'agréer, cher formateur, l'expression de ma plus profonde désespérance. 

 

Celeborn

 


1. Ça faisait longtemps que j'espérais une occasion de me frotter à ce genre littéraire ! (et oui, je sais, c'était couru d'avance vu l'image au-dessus)

 

2. Certificat Informatique et Internet de l’Enseignement supérieur de niveau 2 « Enseignant ». Un nom simple pour un concept clair, n'est-il pas… En attendant, sans lui, vous ne pouvez pas être titularisé… à moins d'être parent de 3 enfants (?) ou sportif de haut niveau (???). J'avoue que la logique m'échappe : depuis quand le sport permet-il de maîtriser un vidéoprojecteur ?

 

3. Il ne m'a pas été bien compliqué de jeter un œil à ce document, comme vous allez le comprendre en lisant la suite de l'article.


4. Ah qu'en termes galants…


5. Pour les lecteurs qui débarquent de Mars ou du monde normal : Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement.

 

6. Bédeuzi : Brevet Informatique et Internet. Le C2i2e des élèves. Qu'on leur donne de toute façon à la fin, parce qu'il faut 100% d'élèves qui obtiennent leur socle commun : c'est marqué dans la loi. 


7. Vu son équipement, certains collègues vont effectivement la trouver très très virtuelle, surtout si tout est censé fonctionner ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

elyasmina 28/02/2012 22:38

Qui n'a pas rêvé un jour un jeu de rôles dans lequel le formateur IUFM se retrouve en décembre ou en janvier dans notre classe pour faire un cours sur le complément d'agent, euh pardon, un cours
sur un texte sur l'esclavage qui englobe l'histoire des arts, l'interdisciplinarité, et accessoirement une leçon sur la voix passive et le complément d'agent, en 50 minutes (non, 35 minutes, car il
y avait des exercices pour aujourd'hui, et il faut les corriger !), un vendredi de janvier de 16h à 17h, avec des 4èmes qu'on imagine au mieux de leur concentration (et une petite séance
d'auto-évaluation, et la validation d'une ou deux compétences du socle commun, s'il vous plaît)... Ce dans un de ces collèges de banlieue au bord de l'explosion où l'on nous envoie lorsqu'on
débute, sinon ce n'est pas drôle...

jeune prof 28/02/2012 15:32

Je me permets de citer AJ : "La première réaction de l'étudiant, à ce moment là, est peut être celle de la posture du consommateur qui demande un produit tout fait sans avoir à réfléchir."

Vous excuserez les étudiants déjà assez éprouvés par leur difficile entrée dans le métier d'attendre de l'IUFM des réponses concrètes aux questions qui les empêchent souvent de dormir (questions
nées de leur dénuement face à quelques classes de jeunes fauves, sans doute fort sympathiques au demeurant mais qu'ils sont incapables de canaliser du fait de leur manque d'expérience).

Ma formation littéraire m'a parfaitement appris à penser par moi-même et j'attendais de l'IUFM une formation pratique (pas une formation qui me dispense de réfléchir mais qui au moins me donne des
pistes concrètes sur la façon de transmettre des savoirs). J'aurais trouvé logique qu'on m'apprenne à construire une leçon de grammaire digeste pour les élèves avant de me demander de leur faire
faire des TICE.

L'autosocioconstruction, ce n'est qu'un gros mot pour cacher une absence totale de contenu.
Quand j'arrivais éreintée à l'IUFM après avoir passé une semaine de cours éprouvante et que le formateur nous disait le plus sérieusement du monde : "aujourd'hui, on va faire un jeu de rôle :
répartissez-vous les rôles et jouez un conseil de classe", je ne rejetais pas l'idée par flemme de réfléchir ; c'est juste que mon être tout entier se révoltait contre ce foutage de gueule honteux.

Elyasmina 28/02/2012 13:56

Quoi, comment, monsieur AJ, votre billet n'est pas ironique ??? Vous voulez dire qu'honnêtement, sérieusement... ??? J'avais pourtant trouvé assez drôle la blague de la distinction entre "outil" et
"instrument", ou la construction par préfixation multiple de mots fantasques, en parfaite adéquation avec les attentes d'un jeune prof qui ne découvrira que trop vite les joies à enseigner la voix
passive à des élèves qui ne font pas la différence entre un nom et un sujet, alors qu'il est spécialiste du roman épistolaire au XVIIème siècle.
Il y a 10 ans quand j'ai commencé à enseigner et que j'ai aimé ce métier qui me remettait en question à chaque heure de cours, je me suis dit sereinement que je le pratiquerai 40 ans (puis 42,
bientôt 45...) ; il y a 2 ou 3 ans, quand j'ai commencé à me sentir à l'aise et à fabriquer des cours sinon honorables du moins à peu près efficaces, j'ai pensé que j'aimerais bien aider sur le
terrain les jeunes collègues déburants. L'an dernier, j'ai refusé d'être tutrice, au vu des cconditions proprement scandaleuses de l'entrée dans le métier des stagiaires ; et aujourd'hui, je me dis
de plus en plus souvent que, si ça continue, je refuserai aussi de participer au sabotage de l'éducation de gamins qui, franchement, ne méritent pas ça. Et bizarrement, on se bouscule de moins en
moins pour prendre la place que je laisserai vacante.

Celeborn 24/02/2012 17:19

Cher Chardon,

Pour dire les choses simplement :

1) les IUFM ne peuvent effectivement pas être regrettés, mais c'est parce qu'ils n'ont pas disparus : ils se sont juste "décalés" dans le temps, envahissant le master dont vous parlez et qui n'a je
pense pas une grande valeur de ce fait. En gros, ce n'est pas un vrai master, ce master : c'est l'ancienne année de stage déplacée avant le concours (et sans la rémunération qui allait avec).

2) La situation actuelle ne va pas car non seulement elle a les inconvénients de l'ancienne (la formation souvent ubuesque des IUFM — et oui, je sais qu'il y a aussi de bons formateurs, mais ce
sont rarement les permanents spécialistes en sciences de l'éducation), mais en + elle lâche effectivement directement le lauréat dans le grand bain à temps plein. Au moins avait-on davantage le
temps de souffler auparavant, avec 6/8h de service, et avec un tuteur qu'on pouvait voir davantage, et des collègues avait qui l'on pouvait davantage discuter à l'IUFM, et qui étaient dans la même
galère. Maintenant, la formation théorique est en amont, et donc on discute avec des gens qui, comme vous, ne sont pas encore dans le bain et n'y connaissent rien ; et une fois qu'on y est, on a
plus le temps de rien.

3) La solution est pourtant assez simple : il faut une formation avec des gens du terrain, et centrée sur les bases de l'enseignement. Par exemple, moi, sortant de mon cursus universitaire, il
m'aurait fallu une formation disciplinaire lourde à la grammaire scolaire par des gens qui l'enseignent (bien) au quotidien. Ou encore que l'on me donne directement les billes sur l'étude des
textes plutôt que de me faire poireauter des heures sur un tableau à me faire jouer l'élève pour savoir ce qu'on pouvait bien y repérer, dans ce tableau, pour traiter du mouvement romantique, que
je n'avais jamais en tant que tel traité dans mon cursus universitaire d'ailleurs. Tu m'étonnes que les stagiaires apparaissent comme ayant des comportements de consommateurs : c'est qu'ils veulent
à bouffer, et des aliments consistants. C'est bien de faire émerger les idées des apprenants, mais à un moment, on a aussi besoin tout simplement qu'on nous file un corpus, des axes d'études, des
questionnaires-types, des évaluations éprouvées… Bref, le contenu de notre métier. Or ça, le contenu de mon métier, ce n'est pas à l'IUFM que je l'ai trouvé, puisque je n'y ai rien trouvé, à
l'IUFM, où l'on passait un vendredi après-midi sur deux (ou trois, je ne sais plus) à jouer aux alcooliques même pas anonymes en cercle à se raconter nos petits tracas entre stagiaires, avec un
"formateur" qui n'avait surtout pas le droit de donner son avis.

Et là, quand je vois mes futurs collègues patauger avec leur formation/validation informatique, cherchant désespérément ce que peut bien vouloir le formateur, ce qu'il entend par telle formule, et
ne sachant en gros même pas ce qu'il faut faire, eh bien je me dis que les choses n'ont pas changé, et je les plains.

En résumé : une vraie formation disciplinaire exigeante, un concours qu'on prépare sans avoir à préparer 15 millions de choses à côté, une formation pratique en alternance avec du compagnonnage
assuré par des professionnels expérimentés qui sont devant les classes, et une formation théorique assurant avant tout

1) la maîtrise des programmes et des meilleures façons de les mettre en œuvre (en se débarrassant du jargon si possible)

2) l'explication par des enseignants chevronnés de leurs pratiques au quotidien, à des niveaux et face à des publics différents

3) la connaissance du fonctionnement de l'institution et du cadre juridique (avec de vrais professionnels du droit qui viennent vous expliquer vos droits, vos devoirs, vos moyens de recours,
etc.)

La psychotruc, la sociomachin, la science de l'éduc' assénées par des gens dont certains n'ont jamais eu d'élèves du primaire ou du secondaire sous le nez , honnêtement, on s'en passe très bien.

Chardon 24/02/2012 16:30

Je me pose des questions sur ce que les enseignants attendent d'une " bonne" formation à leur métier. Quelle est la part de ce qui ne peut être acquis que sur le tas, et celle qui peut aider à
faire face aux situations rencontrées.

Quelles situations ? Voici un extrait de ce que j'ai lu, sur le blog monde, peut être, mais pas sûr, à propos de la réforme concernant le recrutement des enseignants.

"Elle "ne garantit pas" - c'est un euphémisme - une meilleure formation au métier d'enseignant, permettant notamment de mieux gérer l'hétérogénéité des élèves. Elle paraît déconnectée de l'objectif
fixé par la loi d'orientation de 2005 de mise en place d'un socle commun de connaissance que tout jeune devrait maîtriser à la fin de sa scolarité obligatoire. Enfin, elle a asséché, de façon
"préoccupante", le vivier de recrutement des enseignants et, par conséquent, le niveau de sélectivité des concours."

Je ne comprends pas bien la logique : moins de candidats, donc moins de concurrence, certes, mais un master au lieu d'une licence, et je crois qu'il y a de grandes différences entre un étudiant en
licence et un en master.

Je ne vois personne regretter la formation des IUFM, mais beaucoup qui demandent une meilleure formation des enseignants, et :

je ne comprends pas ce qu'elle devrait être.

Par exemple, on parle de l'hétérogénéité des élèves : que peut être une formation à une situation qui déjà semble être une tare ?

Mais il y en a d'autres : je lis que des enseignants, faute de formation suffisante ( ? ), se retrouvent en situation de stress intense pour avoir été lâchés dans l'arène aux fauves avec leur peau
de nouveau né : comment former à devenir un bon dresseur de fauves et d'une, et de deux à quoi cela peut il servir si les lois de l'arène consistent à éviter tout conflit ?

Enfin, je me pose la question de savoir si vraiment la solution à tous les problèmes se résument à une meilleure formation des enseignants d'une part, et si se former pour s'adapter à ce qui est
déjà un problème est l'action la plus raisonnable à entreprendre pour le long terme ?

PS: sans doute un peu confus, mais je n'exerce pas l'enseignement collectif.

Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages