Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 10:23

 

 

systeme-geocentrique

 

 

Ma Dalton fait feu au conseil des 5e Lucky Luke

 

« Alors, m'sieur ? Ce conseil de classe avec Ma Dalton ? Vous avez sorti votre winchester ? »

Eh bien non, Ariste... Mais rassurez-vous,, il y a quand même eu du spectacle !

 

  Quel bilan tirer de ce conseil ? Ma Dalton a été infecte tout du long, crachant son fiel et déversant son venin (ou l'inverse) sur tout ce qui ressemblait, de près ou de loin, à un enseignant. Elle avait le visage joyeux d'un Droopy dépressif (en nettement plus énervé cependant) et la cordialité des portes de prison. Quand nous avons traité le cas de Joe Dalton, elle est tombée abraracourcix (je mélange mes BD franco-belges, là, non... ?) sur la dame des SVT, lui reprochant pêle-mêle le manque de notes dans la matière (« Vous savez, on n'a qu'une heure et demie par semaine... »), notamment concernant les contrôles (« il était absent ce jour-là car il avait une compétition de golf, et je n'ai pu le faire rattraper la fois suivante »), et surtout sa très basse note en exposé (« Il a fait un hors-sujet complet »).

 

  Ah ! salauds de profs, qui mettent 10/20 à un exposé hors-sujet sans donner la possibilité à l'élève de se rattraper au contrôle intentionnellement placé le jour de sa compétition de golf ! Les vils, les fourbes, les ordures ! Détruisons les fleurs et les petits oiseaux, que les profs de SVT se retrouvent au chômage technique !  

  Et c'est donc sous son nez fumant de rage que Ma a vu les félicitations de son fils passer (en fait, le bulletin présentait 4 remarques négatives, et personne n'aurait jamais eu 'l'idée de féliciter ça).

 

  Mais Ma n'en avait pas fini. Alors que nous débattions du cas de Calamity Jane junior, déléguée de son état et donc présente, my dear colleague (la prof d'anglais, quoi...) points out l'opportunity d'un warning for misbehaviour. Ma Dalton éructe : Calamity John et Calamity Jane seniors ont-ils été avertis des problèmes de comportement de leur fille par l'intermédiaire du saint carnet de correspondance ? Alas ! my dear colleague has indeed écriven une note dans le correspondance carnet, said she. Avertissement, élève en pleurs, ambiance top délire à son paroxysme.

 

(Et là, revoyons les actions de Ma Dalton au ralenti, grâce au regard aiguisé d'orbitus de lynxi, ma collega de latini.)

  Ma Dalton, fort agaça, demande discrètement à Calamity Jane junior son carnetum de correspondanci, pour vérifier si les collegui ont bien écrit des remarquae sur son comportemento. En plein conseillum ! O tempora, o mores !1 Quo usque tandem abutere, Ma Dalton, patientia nostra ?2 Caterva carissima mea Lapides Provolventes est !3   

 

  Effectivement, là, rien ne va plus, et on aurait envie de dire à la mère Dalton de s'investir dans un club de tricot plutôt que dans une fédération de parents d'élèves. Mais laissons un peu Ma Dalton de côté, et concluons.

 

 

Bilan

 

  Au final, les parents pourraient nous apporter beaucoup, et certains le font. Mais ils ne nous apportent qu'en jouant leur rôle de parents, consciencieux, informés, solidaires avec nous dans la volonté de transformer  leur gremlin en adulte réfléchi et responsable. Il n'est rien de pire que des parents qui nous tirent dans les pattes, quand bien même ils n'auraient pas totalement tort. La construction de notre autorité est à ce prix : le professeur le plus cultivé et le plus pédagogue peut finalement peu de choses face au discours anti-scolaire d'un père ou d'une mère, et se retouve bien vite dans l'impasse. Sans le soutien des parents — fût-il uniquement silencieux — nous ne pouvons rien ou presque.

 

  En ce qui concerne le poids sans cesse accru du rôle des parents dans les instances des établissements scolaires, je n'y vois aucun avantage (les inconvénients, eux, me sautent au yeux). En conseil de classe, au mieux ils se taisent, car dès qu'ils parlent, généralement, c'est insupportable. En conseil d'administration, ils n'ont d'intérêt que lorsque leur métier leur donne une compétence spéciale dans un domaine précis, ce qui n'arrive pas tous les jours. En conseil de discipline, ils transforment l'instance en mauvais procès, jouant quasi-automatiquement le rôle d'avocats de la défense larmoyants et remplis à ras-bord de philosophie du care, nous plaçant instantanément dans la robe tellement agréable à endosser du procureur, psychorigide et méchant si possible (et ce même quand, au final, ils votent l'exclusion...). 

 

  Nos mondes fonctionnent à mon sens de façon nettement plus harmonieuse quand ils sont clairement séparés, et que chacun fait sérieusement son travail. Mais comme il y a des ratés dans les deux mondes (parents débordés, démissionnaires, ou tout simplement vraiment mauvais ; profs inadaptés, mal formés, ou qui auraient mieux fait d'embrasser une autre carrière), on a dû se dire qu'en mettant les parents à l'école, on les impliquerait davantage dans l'éducation de leur enfant, et qu'on contrôlerait en retour les dérives des enseignants de façon efficace. C'est évidemment l'inverse qui s'est produit : les parents très valables et très motivés que nous croisons parfois en réunion ne peuvent finalement rien faire contre les dysfonctionnements de l'école ; en revanche, les parents chiants ont les coudées franches pour la faire dysfonctionner bien davanatage encore. Les bons parents n'aideront pas beaucoup les mauvais enseignants ; les mauvais parents, eux, desserviront même les bons professeurs. En mettant l'élève au centre et les parents en satellite, nous avons, une fois encore, tout cassé dans le système s(c)olaire.

 

 


1. Ô temps, ô moeurs ! (Cicéron)

2. Jusqu'à quand, Ma Dalton, abuseras-tu de notre patience ? (Cicéron... ou presque)

3. Mon groupe préféré, c'est les Rolling Stones ! (Cicéron... ou pas) 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kap 12/05/2010 19:45


Mais qu'est-ce que c'est que cette grosse conne ? Te virerais ça de l'enceinte de l'établissement à coups de pieds au cul, moi !


Patrice 13/04/2010 21:35


Mortuus ridendo !
Enfin, surtout quand ça ne m'arrive pas à moi ;)

Patricius, fiat luchs*

*Celle-là est tellement multilinguale que je viendrai vous l'expliquer de vive voix...


céladon 09/04/2010 10:59


Excellent et drolissime. Enfin, j'me comprends !


Bérénice 07/04/2010 23:23


Très drôle ! Et tellement incroyable qu'on douterait de la véracité des faits! Je suis aussi dans le même bateau que vous et même si je ne partage pas toujours votre point de vue,je ris à coup
sûr.Ma Dalton me fait penser à une mère représentante des parents d'élève que j'ai pratiquée de loin mais qui était aussi remarquable. L'an dernier, victime d'un grave accident de voiture, je me
suis retrouvée hospitalisée suffisamment longtemps pour voir défiler au pied de mon lit élèves et parents soucieux de mon état de santé. La plupart du temps, c'était gentil,bienveillant, très
agréable pour mon ego . Mais un matin, a débarqué dans ma chambre, hors temps de visite autorisé,une matrone pleine de toupet , que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam.Consciente qu'elle
enfreignait les règles de l'hôpital, elle entrée sur la pointe des pieds, s'est présentée à voix basse( je devais avoir les yeux exorbités),a déposé une boîte de chocolats sur ma tablette (bon
point pour elle), m'a assurée du soutien des parents qu'elle représentait (comme si j'en avais besoin!ça me faisait une belle jambe et ne m'aidait pas à réparer les deux miennes)et m'a offert un
don de 500 € pour aider à financer le voyage en Italie que j'organise annuellement. Puis elle s'est éclipsée dès qu'elle a entendu les voix des infirmières dans le couloir. J'avais le sentiment
qu'elle était venue m'acheter mais je n'avais aucune idée de ce que j'étais censée lui devoir en échange. En conclusion: les voies des parents sont souvent impénétrables.


Celeborn 07/04/2010 22:58


Effectivement, Delphine, on a hâte !

Merci pour vos encouragements, Annie. Vu ce qu'ils déblatèrent et proposent aux assises de la violence scolaire, je crois que la paix n'est pas pour demain : c'est une catastrophe... Je ferai
peut-être un article sur le sujet quand je serai moins énervé par ce que j'en lis...


Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages