Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 18:18
  J'espère que vous avez rapporté votre classeur cette semaine !

  De toutes les illustrations de Gustave Doré, celle que j'aime le plus étudier est celle-ci :


La Barbe bleue avertit son épouse de ne pas utiliser cette clef. Il n'a pas l'air commode...

  Ce n'est pas ma préférée, ce n'est peut-être pas la plus belle, mais quel plaisir de l'analyser ! D'ailleurs, je vous propose de nous y mettre. Quelques chiffres :


Oui, je sais, on ne voit pas bien les chiffres ! Je suis sponsorisé par un opticien.

  Avec les élèves, par un savant questionnement pédagogique de votre serviteur, nous arrivons rapidement à obtenir les informations et interprétations suivantes :

1- Barbe foisonnante + immense plume d'oiseau + manteau qui ressemble à une fourrure d'animal + yeux inhumains = insistance sur l'animalité, la monstruosité de la Barbe bleue, vue davantage comme une bête, un prédateur qu'un homme.

2- Jolie robe + coiffure très travaillée + bijoux = contraste avec l'humanité de sa femme. Insistance sur son côté superficiel ?

  Il faut savoir que cette robe ne vient pas de nulle part. Elle est inspirée d'un portrait d'Elisabeth d'Authriche peint par François Clouet. Il paraît qu'on peut le voir au musée du Louvre, mais pour faire faire des économies à mes amis de province, le voici :

 Elle non plus, elle n'a pas l'air commode...

  A noter la ressemblance une fois encore avec les robes des reines de cartes à jouer (quand je vous dis qu'on n'en sort pas) :

Une grande amie de Michel Leiris (private joke de prof de français)

3- La position des mains autour de la clef, évoquant la convoisite de madame mais aussi sa crainte : elle ne les a pas (encore ?) refermées.

4- L'index levé de monsieur, geste de menace qui reprend parfaitement le texte de Perrault : 
«je vous défends d'y entrer, et je vous le défends de telle sorte que, s'il vous arrive de l'ouvrir, il n'y a rien que vous ne deviez attendre de ma colère. »

5- Le rideau. Ah ! le rideau ! Symbole par excellence du secret, du caché et du dévoilé, du dissimulé et du révélé. Et donc ici,le rideau symbole du secret de la Barbe bleue, à savoir (attention, spoiler !) ses femmes précédentes assassinées et dont le corps est caché dans  le célèbre cabinet fermé à clef.

Non, Acaste, la Barbe bleue n'a pas caché les corps dans les toilettes...
"Mais j'ai rien dit, m'sieur ! "
On voyait bien que vous le pensiez !

6- Les regards ! Les mêmes que dans l'illustration de « La Cigale et la Fourmi » ! Le regard du dominant sur le dominé, qui baisse les yeux. Ici, de surcroît, le regard de la femme est dirigé vers la clef, accentuant l'idée de convoitise.


  Car vous l'avez deviné si vous avez bien appris le cours précédent : l'organisation de l'image est toujours la même, autour de la désormais fameuse diagonale qui sépare le bourreau, en haut à gauche ,de la victime, en bas à droite. Et c'est là le clou du spectable, le grand moment du cours : je demande aux élèves de tracer ladite diagonale. Et soudain, ébahissement  (j'exagère à peine) :

"M'sieur ! La ligne... elle passe par la clef !"
Effectivement, Célimène. Elle passe par la clef.

 
La clef, centre de la composition, autour de laquelle toute l'image est organisée à la fois en diagonale et dans un mouvement circulaire (le même que celui du loup et du petit chaperon rouge, qui évoque une fois encore le danger et la claustration), point central de l'image car point central du récit, clef certes matérielle, mais également clef du mystère, de l'intrigue, clef qui, une fois tachée de sang, ne peut plus être nettoyée, et donc clef d'une ceinture de chasteté métaphorique, clef du passage de l'enfance à l'âge adulte chez la femme... Le sang, les premières règles,  l'hymen déchiré, vous suivez toujours ? (oui, ceci est un délire de lettreux... et alors ? ^^)

Or donc, les gamins ! Devant tant de culture, d'érudition et de puissance d'analyse de la part de votre professeur, vous avez encore des question ?


"M'sieur ! Pourquoi la Barbe bleue a tué sa première épouse ? Elle n'a pas pu découvrir de corps dans le cabinet, puisqu'elle était la première !"

"M'sieur ! Dans ce cas, comment la Barbe bleue a su que sa première épouse était entrée dans le cabinet ? Comme il n'y avait pas de sang, la clef n'a pas pu être tachée !"

"M'sieur ! Si on ne peut pas enlever le sang de la clef, comment ça se fait qu'il n'y ait pas de sang dessus quand la Barbe bleue la donne à sa femme ?
"


... Parfois, oui, j'adore mes élèves !






Partager cet article

Repost 0

commentaires

roussote 09/03/2009 17:42

Pffff...si on avait un début logique et des enchainements tout aussi logiques dans cette histoire , ça ne serait pas un conte mais un fait divers ...sont pénibles ces gosses ....

Patrice 08/03/2009 20:31

Normal qu'elle soit Judith, my dear Caterpillar, puisqu'elle va lui faire couper la tête à ce pauvre Gilles de Rais ( qui d'ailleurs ne lui aura rien fait... Euh, j'ai dû trop lire Angela moi )
Patrice Cheshire Tomcat
PS : vos élèves n'ont jamais entendu dire qu'une serrure ça se change, eux non plus ? (pas taper)

Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages