Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 19:28
  Foin de madeleines, foin de maisons potteriennes, revenons à l'essentiel pour nous présenter : le mal, le vice, le côté obscur, la méchanceté gratuite, les bébés jetés dans les orties et les mémés balancées avec l'eau du bain, l'iniquité, le côté sombre, la délicieuse cruauté. Portrait en 7 péchés :


1. L'Orgueil


   Je suis un orgueilleux qui en rit, et qui aime en rire avec les autres. Quand on me dit que je suis modeste, j'hallucine systématiquement, mais c'est parfois l'impression que je donne. Moins ces dernières années toutefois, où j'ai pris confiance en moi. Il y a enfin des sujets sur lesquels je suis vraiment content de moi, des idées et des pensées dont je suis fier. Je me fous davantage de mes actes. Je suis vraiment un Serdaigle pour ça : la théorie me passionne, la pratique m'est plus indifférente. Je préfère qu'on me remercie parce que j'avais raison plutôt que parce que j'ai bien agi. Et j'aime avoir raison, parfois trop. Et je crois souvent avoir raison, ce qui n'aide pas .

L'orgueil du prof
: "Passionnant, ce cours, n'est-ce pas ?" ("on va dire ça, m'sieur.")



2. L'Envie


  J'ai l'envie tranquille. C'est une chose dont je suis plutôt content : je me satisfais assez bien de ce que j'ai. Et je n'envie pas véritablement les autres qui auraient des trucs dont je ne dispose pas : je regrette parfois de ne pas avoir certaines choses, mais sans en vouloir à qui que ce soit. Mon côté dillettante me sauve des envies les plus terribles, car je n'accorde peut-être pas assez d'importance à un domaine particulier pour être vraiment capable d'envier quelqu'un en ce domaine.

L'envie du prof : "A votre avis, j'ai quel âge ?" ("30 ans, m'sieur ?")



3. La Colère


  Je me suis souvent défini comme non-colérique, ce qui n'est pas vrai. Je fuis la colère. Je déteste ça, car je me sens mal quand je suis en colère. Quand je me mets en colère en classe, 99% du temps je simule, je fais du théâtre, car je crois aux vertus d'une bonne colère, mais je hais le fait de mettre une vraie colère en oeuvre. J'ai la colère froide, silencieuse, et à un moment je lâche deux phrases avant de claquer une porte. Et ce n'est pas toujours moi qui m'en vais, dans ce cas : j'ai une fois foutu ma mère dehors, et c'est elle, qui, 15 jours après, m'a présenté des excuses. Une colère réussie.
Vraiment utile, donc, la colère. Malheureusement, j'ai trop de respect pour mon intelligence pour m'en priver longtemps, et la colère rend vraiment trop con.

La colère du prof
: "Si vous continuez, je vous défenestre !" ("Ca veut dire quoi, "défenestrer", m'sieur ?")


4. La Paresse/L'Acédie


  Ah ! le voilà, ce péché qui me tient ! Car si j'ai l'orgueil bon enfant, l'envie légère et la colère rentrée, j'ai la paresse qui me tenaille. Et pourtant, ceux qui me connaissent peu me demandent toujours comment je trouve le temps de me consacrer à mes diverses activités. Je leur ris souvent au nez, tellement je me considère inactif. Un canapé-lit, une télé et un ordi, voilà trois vrais objets de mon quotidien. Et il m'arrive de me dire que je suis vraiment con de ne pas faire autre chose, ou plus exactement de ne pas faire quelque chose. Et je suis surtout touché par une forme particulière de paresse : la procrastination. je ne remets pas à demain ce que j'aurais pu faire aujourd'hui, mais à la semaine prochaine ce que j'aurais dû faire hier. Et c'est régulier. Et je le sais. Et je le fais quand même. Et cela me conduit à d'incroyables phases d'activités (notamment cérébrales) pour m'en sortir : des mémoires en 3 jours, des cours préparés en 10 minutes. Travailler dans l'urgence est ma norme, tellement ma paresse s'est étalée. Mais tant que ça fonctionne, en même temps...

La paresse du prof : "... et vous faites les exercices n°573, 574 et 575 ; c'est parti !" ("On doit recopier les phrases, m'sieur ?")



5. L'Avarice


  Je ne suis ni avare (mais je ne donne pas à n'importe qui), ni prodigue (mais je sais dépenser de grosses sommes par moments). Un sou n'est pas un sou, car j'en ai d'autres, et en suffisance. Mais je sais gérer mon argent et même en gagner davantage que je n'en dépense. Mes besoins ne sont pas si nombreux (pas de voiture à entretenir, pas de loyer à payer) et mes désirs sont loins de me ruiner (beaucoup de livres dont la plupart viennent du bouquiniste, quelques fringues pendant les soldes ou pas pendant, des dvd et tout va bien). Non, vraiment, je ne m'inquiète pas de mon avarice.

L'avarice du prof : "Vous, passez-moi votre stylo." ("Ca fait deux mois que vous me l'avez pas rendu, m'sieur !")



6. La Gourmandise


  Celui-là commence à me turlupiner légèrement. Avant, je bouffais. maintenant, il m'arrive de me dire que je devrais bouffer mieux. Mais comme j'aime souvent bouffer mal, ça n'aide pas. Néanmoins, je m'en sors quand même très bien, avec quelques petits problèmes sucrés (un paquet de gâteaux ne passe pas une journée chez moi, et je mange mes crèmes au chocolat par 4 et mon Benco à la cuillière). Mais ça va, je le vis assez bien, et j'achète du salé.

La gourmandise du prof : "Comment ça, personne ne m'a apporté de chocolats pour Noël ?" ("Je vous ai fait une jolie carte, m'sieur !")


7. La Luxure


  Jamais compris ce qu'il foutait là, lui. Oui, j'aime le plaisir physique et j'ai une vie assez libre. Je suis TRES LOIN d'en avoir oublié l'amour pour autant. Mais il faut bien s'occuper, surtout quand on le peut (on en reparlera quand j'aurai 40 ans). En revanche, j'ai parfois du mal à maîtriser les pulsions, et il peut m'arriver d'éprouver une honte post-pulsionnelle assez désagréable. Habituellement, ça passe.

La luxure du prof
: "oui, bon, ben c'est un suçon, quoi !" ("c'était bien, m'sieur ?")

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gryphe 29/12/2014 23:05

Le désœuvrement des vacances (shame on me, avec tout ce que j'ai à faire en vrai...), une navigation débridée sur internet... et voilà, on retombe sur de vieux posts compromettants. ;-)
De toute façon, tu n'as aucun vice, que des qualités. ^ ^
:-)

Haaaan ! Je vois la date ! 21 janvier 2009, c'est le jour où j'ai passé l'écrit... il y a une éternité...

Niko 22/01/2009 01:10

Celexcellent!
J'adore ce que vous faites! j'ai tout lu continue!

Kouka 21/01/2009 23:52

J'aime beaucoup,et je vais venir souvent..........gaffe à ce que tu dis coco!

Des biz..........mon petit loulou

Présentation

  • : Je suis en retard
  • Je suis en retard
  • : Un professeur pas toujours à l'heure analyse le pays des merveilles dans lequel il est tombé. Réformes, administration, parents, élèves, collègues, formateurs : Lewis Carroll n'a qu'à bien se tenir !
  • Contact

Devenez follower !

Pages